12 mesures annoncées lors de la Conférence Nationale du Handicap

12 mesures annoncées lors de la Conférence Nationale du Handicap

509
0
<<<
>>>

Mardi 11 février 2020 s’est tenue à l’Elysée la Conférence Nationale du Handicap (CNH) qui a lieu tous les 3 ans. Quinze ans, jour pour jour, après la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et la participation à la citoyenneté des personnes handicapées et de l’adaptation de leur environnement. L’occasion pour le président de la République, Emmanuel Macron et la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, de faire 12 propositions pour améliorer la vie de ces personnes. L’actu GDD fait le point pour vous sur ces annonces.

Qu’a permis la loi de 2005 ?

Elle a donné le droit à tout enfant d’être inscrit à l’école ordinaire. L’inclusion est une des grandes batailles des parents d’enfants handicapés.
Elle avait pour objectif de rendre accessibles, en 10 ans, tous les bâtiments et transports publics.
La création de la prestation compensation (PCH) qui reconnait le droit de la compensation des conséquences du handicap.
Une obligation d’emploi étendue aux employeurs publics (Etat, communes, collectivités territoriales, etc…)
La création des MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) c’est-à-dire un guichet unique d’accueil, d’information, de conseil et d’attribution des droits. Si la promesse initiale était de réduire le traitement des dossiers à 4 mois maximum, le délai constaté est souvent de plus d’un an.

Les 12 propositions en faveur des personnes handicapées

• Réussir l’école inclusive

Fin 2020, tous les nouveaux enseignants auront été formés pour prendre en compte les besoins particuliers, en matière d’éducation, des personnes en situation de handicap. D’autre part, un livret numérique sera mis à disposition pour regrouper l’ensemble des adaptations nécessaires et recommandées par les MDPH pour mieux inclure ces enfants dans l’école.

• L’emploi et la qualification

Le gouvernement mise sur l’apprentissage pour améliorer l’accès à l’emploi des personnes handicapées et se fixe un objectif de 10 000 apprentis pour 2021 dont 6% d’entre eux dans la Fonction Publique.

• Handicap et retraite

Ce volet s’articule autour de 2 axes : permettre aux travailleurs handicapés en départ à la retraite à partir de 55 ans et garantir des droits à la retraite pour les aidants (indemnisés ou non) des personnes en situation de handicap qui sont souvent obligées d’interrompre ou de réduire leur activité professionnelle.

• Accélérer l’accessibilité universelle

Notamment en ce qui concerne les informations fondamentales des citoyens comme les campagnes électorales, les interventions du chef de l’Etat, les communications de l’Elysée ou du gouvernement.
S’assurer que les particularités du handicap ont été incluses dans les référentiels de certification professionnelle de chaque métier

• Sensibiliser

Une vaste campagne de sensibilisation sera lancée sur le plan national afin de faire connaître les atouts et les richesses des personnes en situation de handicap et de valoriser leurs compétences au sein de notre société

• Accompagner

Le gouvernement annonce la création en 2021 d’un numéro d’appel unique, le « 360 » pour rompre l’isolement des familles et les accompagner dans leurs démarches de prise en charge. Pour y répondre, 400 équipes de proximité seront ainsi formées d’ici 2022 pour proposer une solution d’accompagnement éventuellement d’abord temporaire puis définitive en mobilisant les équipes socio-éducatives du territoire.

• Stopper l’exil vers la Belgique

Les associations estiment que c’est environ 7 000 personnes qui actuellement ont trouvé une solution en Belgique faute de places disponibles en France. Ce plan prévoit la création de 1000 places dans 3 régions prioritaires : les Hauts de France, le Grand Est et l’Ile de France.

• Créer des places de transition

C’est 2500 places qui ont été annoncées hier afin de sécuriser les parcours des personnes handicapées (emploi, école, logement individuel…) et garantir leur retour vers des structures spécialisées et ainsi les sécuriser dans leurs choix de vie.

• Améliorer la prise en charge de la rééducation

Le but est d’arriver en 2022 à une meilleure prise en charge par l’Assurance Maladie des parcours de rééducations des enfants malades ou en situation de handicap, sans reste à charge pour les familles.

• Etendre la compensation individuelle

Les besoins liés à la parentalité seront désormais intégrés à la PCH et l’aide à l’alimentation sera désormais étendue à la préparation des repas.
Une réflexion sera ouverte sur l’accompagnement à la vie intime et sexuelle des personnes handicapées en lien avec le Comité national d’Ethique et et le Conseil national des personnes handicapées.

• L’innovation technologique

Un budget de 30 millions d’euros sera consacré à soutenir les innovations technologiques destinées à améliorer la vie quotidienne et l’autonomie selon 4 grandes priorités : Communiquer, Se déplacer, Apprendre et Vivre chez soi.

• Simplifier les démarches administratives

Le gouvernement va signer avec les MDPH des engagements de « délai garanti » pour l’obtention de leurs prestations, mais également que ces dernières sont attribuées à vie en cas de handicap irréversible.

Les premières réactions des associations sont pour le moins mitigées et même si elles saluent l’ambition gouvernementale, elles craignent de ne pas voir d’avancées significatives sur le terrain.

 

 

Laissez votre commentaire