4 cancers sur 10 pourraient être évités

4 cancers sur 10 pourraient être évités

363
0
<<<
>>>

De nombreux cancers sont provoqués ou favorisés par des facteurs externes. Selon le ministère des Solidarités et de la Santé et l’Institut National du Cancer, au moins 40 % sont liés à des comportements que nous pouvons facilement modifier au quotidien.

Par le biais d’une grande campagne de communication, l’institut et le ministère tiennent à rappeler les gestes alimentaires qui permettent de prévenir les cancers évitables.

Le poids de l’alcool et de l’alimentation dans la survenue des cancers

Le tabac, la consommation d’alcool et les mauvaises habitudes alimentaires sont les premiers facteurs externes de risque de cancer.

Si les dangers de la cigarette font régulièrement l’objet de campagnes préventives, les risques liés à l’alcool et à l’alimentation restent minimisés et moins populaires.

Réduire sa consommation d’alcool

L’alcool serait responsable de 10 % des décès par cancer, soit environ 15 000 décès chaque année, d’après l’institut et le ministère. Tous les types d’alcool sont cancérigènes, même le vin ou la bière. Il est donc préférable de les éviter autant que possible afin de réduire la quantité ingérée et la fréquence de sa consommation.

Adapter son alimentation

Côté alimentation, l’Institut National du Cancer rappelle que le surpoids et l’obésité, liés à un régime déséquilibré ou un manque d’exercice, sont aussi associés à des risques élevés de souffrir un jour d’un cancer.

Pour s’en protéger, il est conseillé de privilégier une alimentation riche en fibres qui contribue au bon fonctionnement du système digestif et permet ainsi de réduire le risque de cancer, notamment ceux de la bouche, de l’œsophage, du côlon et de l’estomac.

En outre, mieux vaut éviter l’excès de viande rouge et de charcuterie qui augmente le risque de cancer. Il est conseillé de :

  • Limiter sa consommation de viande rouge à moins de 500 g par semaine (1 steak pèse entre 100 et 150 g) ;
  • Limiter sa consommation de charcuteries, en particulier les plus grasses et/ou salées, notamment lorsqu’elles contiennent des nitrates et nitrites associés à des cancers digestifs.

Pour faire le plein de protéines, il est préférable de se tourner vers de la volaille, du poisson ou des œufs.

Les autres facteurs de risque liés aux comportements ou à l’environnement

Outre la consommation d’alcool et le régime alimentaire, d’autres bonnes habitudes peuvent permettre de réduire considérablement les risques :

  • Ne pas fumer ;
  • Éviter une exposition excessive aux rayonnements UV ;
  • Se protéger contre certains virus ou bactéries, en se faisant vacciner contre le cancer du col de l’utérus par exemple ;
  • Éviter l’exposition à certains produits physiques et chimiques (amiante, benzène, poussière de bois, …) ou à certaines substances polluantes présentes dans l’air, la terre ou l’eau.
  • Limiter l’impact des rayonnements (d’origine naturelle, comme le radon, ou artificielle comme les rayons X).

Selon les estimations, si tout le monde agissait pour réduire les facteurs dit externes (liés à l’environnement et aux modes de vie), environ 140 000 cancers pourraient être évités chaque année en France sur les 355 000 cancers diagnostiqués, soit 4 cancers sur 10.

Laissez votre commentaire