Ce qu’il faut savoir sur le virus Zika

Ce qu’il faut savoir sur le virus Zika

747
0
<<<
>>>

Ce qu'il faut savoir sur le virus ZikaIdentifié pour la première fois chez l’homme en 1952 en Ouganda, le virus Zika se transmet à l’homme par l’intermédiaire d’une piqûre du moustique du genre Aedes, aussi appelé moustique-tigre. Cette transmission alimente principalement l’épidémie.

Cependant, d’autres sources de contamination, plus rare, sont possibles. En effet, des chercheurs ont détecté, chez les patients infectés, la présence du virus Zika dans le liquide séminal. La transmission sexuelle est donc possible. Pour les femmes enceintes, il existe un risque de transmission du virus foeto-maternelle.

Plus récemment, un nouveau cas a été détecté. Un homme est décédé après avoir contracté une forme très agressive du virus Zika au Mexique. La maladie pourrait lui avoir été transmise par les larmes ou la sueur d’un malade.

Un virus indétectable pour 7 personnes sur 10

Dans 70% des cas, la maladie provoque peu ou pas de symptômes. Dans une grande majorité des cas, la guérison est alors spontanée en 2 à 7 jours.
Les symptômes, lorsqu’ils apparaissent, se caractérisent par une éruption cutanée, une sensation de fatigue, des douleurs musculaires et articulaires, une conjonctivite, des maux de tête et des douleurs rétro orbitaires.

Les femmes enceintes sujettes aux complications

Deux types de complications peuvent intervenir pour les personnes contaminées : des complications neurologiques, dont le syndrome de Guillain-Barré (SGB), et des malformations congénitales, comme l’hydrocéphalie, incitant à une vigilance spécifique pour les femmes enceintes et les enfants à naître.

Un traitement symptomatique pour tous

À ce jour, il n’existe pas de traitement spécifique ou de vaccin contre le virus Zika. Seul un traitement symptomatique peut être prescrit à toutes les personnes contaminées y compris les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées. Le repos et la consommation d’eau pour éviter la déshydratation sont également conseillés par les professionnels de santé.

La prévention : le meilleur des traitements

Chacun est susceptible d’agir afin de limiter la propagation du virus. La protection des personnes grâce à des répulsifs cutanés et la protection de l’habitat par la destruction des larves, l’utilisation de moustiquaires ou de diffuseurs électriques sont autant d’actions à mettre en place pour éviter la contamination.

Les voyageurs ou les résidents amenés à se déplacer dans une zone où circule le virus Zika sont invités à être particulièrement attentifs. Des mesures préventives personnelles sont recommandées notamment aux heures d’activités des moustiques tigres (le matin et la nuit).

Les femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse sont invitées à reporter leurs déplacements afin d’éviter les zones épidémiques ou à consulter un médecin avant le départ. Compte tenu du risque de transmission sexuelle, il est recommandé aux femmes enceintes vivant hors zone épidémique d’éviter tout rapport sexuel non protégé durant une période de 6 mois après le retour de leur conjoint d’une zone épidémique. Pour les femmes enceintes ou en âge de procréer vivant en zone épidémique, il est recommandé d’éviter tout rapport non protégé.

Laissez votre commentaire