Alcool et grossesse : quels risques ?

Alcool et grossesse : quels risques ?

402
0
<<<
>>>

Vous êtes enceinte et votre entourage vous a déjà mis en garde contre de nombreux aliments et boissons à proscrire. Poisson cru, fromage au lait cru, charcuterie, fruits de mer… mais surtout l’alcool ! Pourquoi ? Quels effets l’alcool peut-il avoir sur le fœtus ? Peut-on en boire en petite quantité ? Voici les explications.

L’alcool est-il nocif pour le bébé lorsqu’il est bu en petite quantité ?

Grossesse AlcoolQue ce soit en petite ou grande quantité, l’alcool est complètement proscrit lors de la grossesse. A ce jour, les recherches n’ont pas pu déterminer la quantité d’alcool qu’une femme doit ingérer pour que cela interagisse sur le fœtus. Il est donc recommandé de ne pas en boire du tout. Le type d’alcool consommé ne change pas les effets sur le bébé. Les alcools légers ne sont pas préférables aux alcools forts car le danger se trouve surtout dans la molécule de l’alcool appelée éthanol, extrêmement nocive pour le fœtus. Il faut savoir que l’alcool qui passe dans le sang maternel va directement dans le sang du bébé, le placenta ne faisant pas barrière. Ainsi, lorsque la future maman boit de l’alcool, le bébé a un taux d’alcoolémie plus élevé puisqu’il est plus petit et que son foie n’est pas encore mature pour l’éliminer. Les professionnels de santé recommandent même d’arrêter de boire dès la conception. Si vous avez consommé de l’alcool sans savoir que vous étiez enceinte ou bien que vous avez du mal à vous en passer, il est conseillé de consulter un médecin.

Quels effets la consommation d’alcool peuvent avoir sur mon bébé ?

En France, 8 000 enfants souffrent de complications dues à la consommation d’alcool par leur mère durant la grossesse. Les risques les plus importants ont lieu lors du premier trimestre puisque les organes du fœtus sont encore en formation. Si la mère boit à ce moment de la grossesse, le bébé peut présenter des signes de malformations à la naissance qui seront irréversibles. La consommation dans les trimestres suivants entraine des dommages à long terme, moins facilement détectables, comme des retards intellectuels (troubles de l’attention, de l’apprentissage, de mémorisation…) ou des troubles du comportement. L’effet le plus grave de la consommation d’alcool durant la grossesse est le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF), qui est la première cause d’handicap mental non génétique à la naissance. Concernant plus de 1 000 naissances par an en France, ce syndrome provoque des malformations, des retards de croissance, des déficits cérébraux et des anomalies faciales. Différents degrés de SAF existent, les formes mineures sont les plus courantes. Le bébé peut aussi présenter des signes de syndrome de sevrage néonatal suite à l’accouchement c’est-à-dire être dépendant à l’alcool puisqu’il y a été exposé durant toute la grossesse. Pour ce type de syndrome, l’accouchement est le plus souvent déclenché afin de prendre en charge le nouveau né dès sa naissance.

Pour sensibiliser les femmes aux risques de consommation d’alcool durant la grossesse, toutes les bouteilles d’alcool sont dans l’obligation, depuis le 3 octobre 2007, d’apposer un pictogramme avec la phrase suivante : « La consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l’enfant ».

En conclusion, voici ce qu’il faut savoir sur la consommation d’alcool durant la grossesse :

  • Le bébé n’est pas protégé par le placenta
  • Le bébé ressent le taux d’alcoolémie de manière démultiplié
  • Les alcools légers ne sont pas préférables aux alcools forts
  • Boire de l’alcool en faible quantité peut être aussi grave qu’en quantité plus importante
  • Boire de l’alcool entraine des dégâts physiques et mentaux pour le bébé

 

A lire aussi : Coucher bébé en toute sécurité

Valise de maternité : les essentiels

Laissez votre commentaire