Allergies printanières : que faut-il éviter ?

Allergies printanières : que faut-il éviter ?

925
0
<<<
>>>

Chaque printemps, nous sommes de plus en plus nombreux à souffrir de rhinite allergique. L’allergie au pollen est de plus en plus fréquente, et concerne plus de 20% de la population française ! Adoptez les bons réflexes pour éviter les désagréments du rhume des foins et découvrons ce qui provoque cette allergie et de quelles plantes faut-il se méfier ? Pharma GDD vous explique.

À quoi est-on allergique ?

Ce qui cause des allergies au printemps, ce sont les grains de pollen qui viennent des fleurs. Légers, ils sont transportés par le vent, surtout en cas de légère brise, pour atteindre les muqueuses du nez, des yeux, des poumons et nous en faire voir de toutes les couleurs.  À leur contact, une réaction immunitaire survient, sous la forme d’une inflammation. C’est ce que l’on appelle rhume des foins.

3 saisons polliniques

Les pollens d’arbres : de janvier à mai

Les allergies aux pollens d’arbres apparaissent généralement durant les premiers mois de l’année. Ces pollens sont notamment présents dans les arbres comme les bouleaux, les frênes, les cyprès, les charmes, les aulnes, les chênes, les platanes ou les noisetiers.

Les pollens des graminées : de mai à juillet

De mai à juillet, c’est la saison des graminées (dactyle, chiendent, roseau, seigle, pâturin des prés …) correspondant à la période du rhume des foins.  Les pollens des herbacées : de juillet à octobre

Suivant la sensibilité de chacun et les conditions climatiques, les symptômes peuvent apparaître plus tôt, et se prolonger jusqu’au mois de septembre/octobre.

La dernière saison correspond aux allergies aux herbacées (ambroisie, armoise, plantain, pissenlit, marguerite …).

Généralement, les symptômes se manifestent de juillet à octobre. Là encore, il s’agit d’une estimation, car les premières allergies peuvent parfois apparaître dès le mois de mai.

Toutes les plantes ne sont pas responsables d’allergies respiratoires : certains arbres produisent un pollen qui ne provoque pas d’allergies, ou n’en produisent pas du tout. Le cyprès et bouleau sont parmi les arbres causant le plus d’allergies.

Pour suivre en temps réel le risque d’allergie, vous pouvez consulter le site www.pollens.fr

Conseils aux personnes allergiques

Durant cette période, il est préférable pour les personnes allergiques de cesser certaines activités en extérieur, comme jardiner ou faire du sport.

Lavez-vous les cheveux le soir pour les débarrasser des allergènes et éviter qu’ils ne se retrouvent sur votre oreiller.

Faites la poussière régulièrement.

Évitez la pollution.

Si possible (même si ce n’est pas évident), n’ouvrez pas les fenêtres et privilégiez l’intérieur pour faire sécher votre linge.

Les symptômes allergiques et traitements

Les gestes préventifs peuvent être insuffisants. Une prise en charge médicale est alors nécessaire et un traitement spécifique selon les symptômes et leur intensité. Traitement par voie orale, par voie locale, ou encore désensibilisation : à chacun sa solution !

  • Si vos yeux sont rouges, irrités ou larmoyants, les collyres antiallergiques agissent immédiatement.
  • Si votre nez coule, démange ou s’il est bouché, le spray nasal agit localement et soulage
  • Si plusieurs signes persistent, il existe des comprimés antihistaminiques qui offrent une action plus générale.

Pensez également à l’aromathérapie qui propose des solutions naturelles et extrêmement efficaces. L’allergie au pollen est une inflammation liée au système immunitaire, il faut donc privilégier les huiles essentielles antispasmodiques et anti-inflammatoires telles que l’huile essentielle de lavande, de camomille, de menthe poivrée ou d’estragon.

Enfin, en cas d’apparition des symptômes, parlez-en à votre médecin. Une allergie mal soignée peut dégénérer en asthme. Antihistaminiques et corticoïdes peuvent vous soulager : consultez votre médecin pour une prise en charge adaptée.

Laissez votre commentaire