Analyser les rides pour détecter les risques cardiovasculaires

Analyser les rides pour détecter les risques cardiovasculaires

266
0
<<<
>>>

Une étude simple qui s’inscrit dans la durée

Cette étude inédite a été menée par Yolande Esquirol, professeur agrégée en santé du travail au Centre hospitalier universitaire de Toulouse (Haute-Garonne). Les résultats ont été présentés lors de la conférence annuelle de la Société européenne de cardiologie à Munich (Allemagne).

Pendant 20 ans, le professeur Esquirol et son équipe ont suivi 3 200 adultes actifs et en bonne santé âgés de 32, 42, 52 et 62 ans. Ils ont analysé leurs rides suivant un système de notation allant de 0 (absence de rides) à 3 (rides nombreuses et profondes). Au cours de l’étude, 233 décès sont survenus suite à des maladies diverses.

Les chercheurs toulousains ont alors établi une relation entre le système de notation et le risque de développer une athérosclérose. Ainsi, les personnes obtenant un score de 1 présenteraient 5 fois plus de risques que les personnes ayant obtenu 0. Plus important encore, un score de 2 et 3 impliquerait 10 fois plus de risques par rapport aux personnes qui n’ont pas de rides. En résumé, plus les rides du front sont profondes et nombreuses (indépendamment de l’âge de la personne) plus le risque d’athérosclérose augmente.

Qu’est-ce que l’athérosclérose ?

L’athérosclérose est une maladie cardiovasculaire qui se manifeste par l’apparition de plaques d’athérome sur les parois des artères. Ces plaques sont dues à l’accumulation de corps gras et provoquent un rétrécissement et un durcissement des artères, exposant à un risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral (AVC). Les facteurs de risque de l’athérosclérose sont le tabagisme, un taux de cholestérol élevé, une hypertension artérielle mais aussi l’inactivité physique, l’âge et les antécédents familiaux de maladie cardiaque.

Les rides : indices visuels, simples et peu coûteux

Cette récente découverte pourrait grandement faciliter les diagnostics : les rides sont des marqueurs simples qui peuvent être analysés sans risque et à moindre coût par une simple observation du visage des patients. En cas de score situé entre 1 et 3, les médecins pourraient prescrire des examens complémentaires (pression artérielle, taux de cholestérol et de glucose sanguin) et donner des conseils adaptés pour réduire les risques de développer une maladie cardiovasculaire.

D’autres caractéristiques faciales ont déjà été étudiées pour détecter les risques cardiovasculaires. C’est le cas notamment de la calvitie chez les hommes et de l’apparition précoce de cheveux gris qui multiplieraient ces risques par 5 par rapport aux personnes qui n’y sont pas confrontées.

Actuellement, les résultats de l’étude initiée par Yolande Esquirol ne permettent pas d’établir une corrélation exacte entre les rides du front et l’athérosclérose. Les hypothèses émises devront donc être confirmées par des études supplémentaires.

Laissez votre commentaire