Asthme : comment limiter les crises ?

Asthme : comment limiter les crises ?

388
0
<<<
>>>

Près de 4 millions de français souffrent d’asthme, il n’y a pour l’heure pas d’autre choix que de vivre avec la maladie.  Et pour que celle-ci impacte le moins possible sur la vie quotidienne, il y a quelques conseils préventifs simples à suivre. A l’occasion de la journée mondiale de l’asthme, Pharma GDD fait le point sur l’asthme et vous conseille pour mieux le vivre au quotidien.

 

Qu’est-ce que l’asthme ?

L’asthme est une maladie inflammatoire chronique des bronches, qui se manifeste par crises. Les bronches se contractent trop, souvent en raison d’un allergène : acariens, poils d’animaux, pollens… L’air n’est alors pas bien acheminé et l’organisme est en manque d’oxygène. Cela se manifeste par des difficultés à respirer, un essoufflement, une toux, une respiration sifflante, une sensation d’oppression dans la poitrine. Dans la grande majorité des cas, l’asthme a une composante allergique : l’effort est chez certains asthmatiques un facteur déclenchant. Dans des cas très minoritaires, la conjonction air froid-humidité-pollution-effort, peut provoquer un bronchospasme (asthme d’effort sans composante allergique, mais la majorité de ces patients vont avec le temps présenter des tests positifs à certains allergènes).

Les crises peuvent être calmées par les médicaments, mais restent potentiellement dangereuses. Elles peuvent en effet nécessiter des soins en urgence.

Certains facteurs prédisposent à l’asthme :

  • Le tabagisme actif ou passif
  • un terrain allergique familial et surtout personnel (venant de l’environnement : pollen, plumes, poils, acariens…)
  • être né prématuré
  • des bronchiolites à répétition

 

La chasse aux acariens et moisissures !

Pas de secret contre ces petites bêtes, on lave régulièrement les draps, et on évite tout ce qui est susceptible de retenir la poussière : tapis, moquette, rideaux… Sans oublier d’aérer souvent, de surcroît les pièces humides, pour éviter l’apparition de moisissures. Vous pouvez utiliser des granulés pour aspirateur qui neutralisent les acariens et les bactéries.

 

Animaux : on évite de les câliner

S’il s’avère que vous êtes allergique aux poils de chat ou tout autre animal, évitez le plus souvent possible le contact avec l’animal en question. Évidemment, on aimerait les chouchouter, mais la santé avant tout !

Dans le même sens, ne laissez pas entrer d’animal dans la chambre et la cuisine, lieux où l’hygiène doit être irréprochable. Enfin, pensez à les laver régulièrement.

Printemps : attention au pollen

Nombreux sont les asthmatiques à être sensibles au pollen. Alors dès le début du printemps, on évite de tondre la pelouse (l’excuse parfaite pour ne pas s’y coller) et on fait la poussière avec un chiffon humide pour ne pas uniquement la déplacer.

Aliments : on bannit les aliments incriminés

Aussi difficile que ça puisse être, tous les aliments susceptibles de déclencher chez vous une crise d’asthme doivent être supprimés de votre alimentation. Il peut aussi être utile de porter sur vous la liste des ingrédients auxquels vous êtes allergique, en cas d’urgence.

Pics de pollution : on limite les sorties

En cas de pic de pollution avéré, on évite de pratiquer une activité sportive en extérieur, surtout chez les personnes sensibles.  Evitez la pratique de sports de plein air (jogging, vélo…) pendant les heures les plus chaudes de la journée, et n’oubliez pas d’emmener le médicament broncho-dilatateur avec vous.

Durant les pics de pollution en ville, il est déconseillé de promener un enfant asthmatique en poussette car il se trouve à la hauteur des pots d’échappement.

A la maison, on prend soin de limiter le contact avec les polluants domestiques (solvants, peintures…) Dans le cas contraire, il est nécessaire de bien aérer les pièces.

Tabac : on le fuit

Évidemment, le tabac est plus que déconseillé chez les asthmatiques. Aussi, il est important de limiter le contact avec les fumeurs.

Conseils généraux

Pensez à vous faire vacciner contre la grippe pour éviter les infections respiratoires

Ayez toujours sur vous votre traitement en cas de crise.

Prenez régulièrement votre traitement, et sachez-vous servir correctement de l’inhalateur.

Laissez votre commentaire