Baignade : attention aux otites !

Baignade : attention aux otites !

291
0
<<<
>>>

En été, la baignade fait partie des activités les plus appréciées, notamment par les enfants. Piscines, mers, lacs, rivières, … Tous les points d’eau sont l’occasion de se rafraîchir et de se divertir. Mais attention, faire trempette de façon répétée augmente le risque d’otite. Plus précisément, le contact prolongé des oreilles avec l’eau peut entraîner une otite externe, aussi appelée otite du baigneur. Résultat ? Les vacances se retrouvent gâchées par une très vive douleur à l’oreille.

Pour que vous puissiez vous baigner en toute tranquillité cet été, Pharma GDD fait le point sur l’otite externe et les bons réflexes pour s’en protéger ou la soigner le cas échéant.

Otite externe : qu’est-ce que c’est ?

L’otite du baigneur est une inflammation de la peau du conduit auditif externe causée par l’eau qui touche surtout les enfants en été. Elle est due à un développement de germes dans le conduit auditif, entre le tympan et le pavillon de l’oreille. En effet, ce petit tunnel de 2 à 4 cm a tendance à retenir l’eau lorsqu’il est mal aéré ou trop exposé.

Les causes

L’otite du baigneur est la conséquence de baignades trop longues ou répétées. L’eau finit par éliminer le cérumen qui protège le conduit de l’oreille et qui évacue les petites impuretés vers l’extérieur. Les germes et mycoses restent alors en place et provoquent l’otite.

La qualité de l’eau n’est pas en cause, bien qu’il soit recommandé de ne pas se baigner en eaux troubles. Il est possible de développer une otite quel que soit le lieu de baignade : piscine, mer, rivière, …

Contrairement à l’otite moyenne courante en hiver, l’otite externe n’apparaît pas à la suite d’une infection rhino-pharyngée. Elle est d’ailleurs plus fréquente en été, lorsque la saison des baignades bat son plein.

Plus rarement, d’autres facteurs peuvent causer l’otite du baigneur : une allergie, une lésion de la peau comme de l’eczéma ou encore la présence d’un corps étranger dans l’oreille.

Les symptômes d’une otite externe

L’otite du baigneur se caractérise par une forte douleur à l’oreille qui s’intensifie en tirant légèrement le pavillon de l’oreille.

Elle s’accompagne parfois d’une rougeur au niveau de l’oreille, d’un liquide épais, blanc ou jaunâtre qui s’écoule et d’une surdité partielle.

Chez un jeune enfant qui ne peut pas traduire verbalement sa douleur, il faut être attentif à certains signes caractéristiques. Généralement, l’enfant tient son oreille dans sa main et s’exprime par les pleurs. Il peut aussi avoir des difficultés à dormir et à rester en position couchée.

Les risques de complications

Il s’agit d’une affection mineure, mais qui doit être soignée, car des risques de complications existent.

D’abord, chez le jeune enfant, une otite externe peut provoquer un retard de langage si elle tarde à être traitée ou si elle se répète régulièrement. En effet, la baisse temporaire de l’audition rend la stimulation verbale moins efficace. Un enfant a besoin d’entendre clairement les mots et sons qui l’entourent pour que son apprentissage soit efficace.

Chez l’adulte diabétique ou immunodéprimé, il existe un risque de complication sévère : une otite maligne avec diffusion à l’os. Une hospitalisation est alors parfois nécessaire.

Enfin, chez l’enfant comme chez l’adulte, l’otite externe peut aussi cacher une infection de l’oreille interne, plus sérieuse, ou un problème dermatologique insoupçonné (psoriasis, eczéma, …). Si l’otite s’accompagne d’une fièvre, cela peut révéler un furoncle du conduit auditif : une petite incision sera alors nécessaire pour soulager le patient.

Comment se protéger les oreilles ?

Pour éviter d’en arriver là, il est important de mettre en place des mesures préventives à chaque baignade :

  • Porter des bouchons ou un bandeau d’oreille ;
  • Éviter de mettre trop souvent ses oreilles sous l’eau ;
  • Pencher sa tête de droite à gauche pour laisser s’écouler l’eau après un bain et sécher le conduit en tapotant légèrement avec une serviette propre sans frotter ;
  • De façon facultative, instiller une ou deux gouttes d’huile d’amande douce dans chaque oreille pour tapisser le conduit avant d’entrer dans l’eau. Attention, chez les jeunes enfants, l’huile d’amande douce doit toujours être utilisée en synergie avec une autre huile végétale, comme de l’huile d’olive, pour limiter le risque de réaction allergique.

Au quotidien, il faut aussi veiller à ne pas trop se laver les oreilles. On l’a vu, le cérumen est un bouclier naturel pour l’oreille. Un nettoyage excessif fragilise cette protection. En outre, mieux vaut utiliser des alternatives aux cotons-tiges, comme un cure-oreille ou un spray auditif, car ils ont tendance à pousser le cérumen vers le fond du conduit, plutôt que de le faire glisser vers l’extérieur.

Comment soigner une otite du baigneur ?

L’otite du baigneur nécessite une prise en charge systématique, afin de réaliser un examen du conduit auditif. Il faut donc voir un médecin dès l’apparition du premier signe, à savoir une vive douleur à l’oreille. En attendant la consultation, il est tout de même possible de prendre un antalgique pour se soulager.

Le traitement de l’otite externe est local. Il consiste généralement à administrer des gouttes auriculaires ou des pommades antibiotiques ou antifongiques, ainsi que des désinfectants locaux. Jusqu’à la guérison, la douleur est soulagée grâce à la prise d’antalgiques ou d’anti-inflammatoires selon son intensité.

L’essentiel à retenir

La baignade fait partie des joies de l’été, mais nécessite de prendre certaines précautions. Petits et grands doivent notamment se protéger de l’otite externe, aussi appelée otite du baigneur, qui apparaît en cas de contact prolongé avec l’eau. Porter des bouchons ou un bandeau durant un bain, éviter de mettre la tête sous l’eau et bien se sécher les oreilles après la baignade sont les trois principales mesures préventives à retenir cet été. D’autant qu’en cas d’otite externe, une consultation médicale est toujours nécessaire. Mieux vaut donc prendre ses précautions avant le grand plongeon !

A lire aussi : Baignade : faut-il attendre après le repas ?

Laissez votre commentaire