Bébés en poussette : gare à la pollution !

Bébés en poussette : gare à la pollution !

202
0
<<<
>>>

Faut-il éviter de promener bébé dans une poussette ? Oui, si l’on en croit une récente étude menée à l’Université de Surrey en Angleterre, publiée dans la revue Environment International et reprise par BBC news. Du moins, il serait préférable, d’après les chercheurs, de limiter les balades près des grands axes routiers. En cause, une pollution atmosphérique importante près des landaus, susceptible de mettre en danger la santé des enfants.

Une exposition plus élevée que celle des adultes

Lors d’une promenade en poussette, les bébés seraient exposés à une pollution de l’air 60 % supérieure à celle que respirent les adultes au même moment. En effet, grâce à des tests réalisés sur 160 poussettes, les auteurs de l’étude se sont rendu compte que les enfants étaient en contact direct avec les polluants du fait de la faible hauteur des landaus. Les bébés sont entre 55 et 85 cm du sol, soit tout près des pots d’échappement. Cette pratique courante les expose donc à des niveaux élevés de métaux toxiques et néfastes pour leur développement, comme le monoxyde de carbone (CO).

Les tout-petits hypersensibles à la pollution

Problème : l’exposition à la pollution est néfaste pour la santé de tous, mais d’autant plus pour les jeunes enfants. À ce stade précoce de leur vie, il est « extrêmement préoccupant qu’ils soient exposés à ces dangereux niveaux de pollution » s’inquiète le professeur Prashant Kumar, du Global Center for Clean Air Research au Royaume-Uni, principal auteur de l’étude. Cette forte exposition, couplée au fait que leur organisme y soit si sensible, les prédispose à des risques importants pour leur santé. La pollution peut notamment compromettre leur capital respiratoire, engendrer des infections ORL, provoquer des réactions cutanées comme de l’eczéma ou encore nuire à leur développement cérébral.

Les mesures préventives pour protéger la santé des enfants

Pour limiter les risques, il existe quelques bonnes pratiques à mettre en place durant les promenades :

  • Ne pas se balader à proximité des grands axes routiers. Faire un détour si besoin ;
  • Ne pas sortir durant un pic de pollution, aux heures de pointe ou lorsqu’il fait très chaud en ville ;
  • Limiter au maximum les arrêts à hauteur d’un pot d’échappement d’une voiture qui démarre (près d’un stop, un arrêt de bus, un feu de signalisation, …) ;
  • Privilégier autant que possible le porte-bébé à la poussette, afin que l’enfant soit en hauteur et donc à distance des pots d’échappement ;
  • Préférer les sorties le matin, lorsque l’air est encore frais et moins chargé en polluants.

En dehors des balades, plusieurs stratégies peuvent être adoptées pour limiter le contact d’un enfant à la pollution :

  • Aérer quotidiennement toutes les pièces de la maison, y compris sa chambre, car l’air intérieur contient, lui aussi, des polluants ;
  • Ne pas fumer près d’un enfant ou en intérieur. Le tabac est le polluant le plus répandu dans les maisons ;
  • Éviter les feux de cheminée qui libèrent des particules polluantes ;
  • Limiter les sorties en voiture. L’air de l’habitacle est extrêmement pollué ;
  • Prendre l’air régulièrement à la campagne ou, à défaut, dans un parc.

Les chercheurs estiment néanmoins que ces bonnes habitudes individuelles devraient être soutenues par des mesures plus globales des gouvernements. Ils préconisent aux pouvoirs publics d’investir en ce sens, afin de mettre en place des technologies innovantes visant à réduire la pollution près des poussettes. Parmi leurs recommandations, ils imaginent notamment une couverture située dans le landau capable de filtrer l’air pour en éliminer les polluants. Pour l’heure, cette idée n’en est qu’au stade de la fiction, mais ils ont bon espoir que leur étude puisse éveiller les consciences.

Laissez votre commentaire