Cancer : le congrès de l’espoir à Chicago

Cancer : le congrès de l’espoir à Chicago

347
0
<<<
>>>

À Chicago, sur les bords du lac Michigan, se déroule actuellement le plus grand congrès mondial du cancer. Organisé à l’initiative de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), il réunit près de 40 000 cancérologues internationaux. L’objectif ? Faire le point sur la recherche, partager entre professionnels et argumenter sur les dernières recherches du domaine. Un rendez-vous incontournable face au cancer qui cause chaque année près de 9 millions de morts dans le monde.

Plus de 5 500 études au programme

Cette année, pour sa 54ème édition, le congrès du cancer a pris place dans le plus grand centre de convention des États-Unis : le McCormick Place situé à Chicago. Cet événement est l’occasion pour les cancérologues du monde entier de présenter leurs dernières recherches, mais aussi de s’enrichir de celles de leur confrère. Au total, plus de 5 500 études sont présentées durant les 5 jours de congrès, du 1er au 5 juin 2018. Parmi elles, 426 sont en provenance de France, devant le Royaume-Uni (403) et l’Allemagne (381), mais derrière la Chine (518), comme le révèle Sciences et Avenir.

Des études prometteuses

Parmi toutes ces études, certaines se révèlent particulièrement prometteuses. En effet, s’il reste un peu tôt pour tirer un bilan du congrès, il faut admettre que quelques-uns des résultats postés sur le site de l’ASCO font déjà leur effet auprès de la presse et du grand public. Ils représentent un espoir solide pour les patients atteints de cancer.

C’est le cas, par exemple, d’un test sanguin qui pourrait détecter de façon précoce un cancer du poumon à partir de l’ADN du patient. Des essais cliniques menés auprès de malades et par des chercheurs de l’Institut de cancérologie Dana Farber de Boston (Massachusetts) ont d’ores et déjà fait leur preuve. Avec une sensibilité de 98 %, le test pourrait prochainement être utilisé en pratique médicale courante, comme l’explique Sciences et Avenir. D’autres essais sont prévus pour confirmer sa fiabilité.

Autre révolution thérapeutique présentée au congrès de l’ASCO : les CART T-cells. Il s’agit d’une technique visant à prendre en charge des cancers dits « liquides » comme des leucémies ou des lymphomes. En pratique, il s’agit d’injecter au patient ses propres cellules immunitaires, alors que celles-ci ont été préalablement modifiées génétiquement en laboratoire de façon à combattre les cellules cancéreuses. Déjà testée auprès de malades, la technique montre des résultats très impressionnants, comme le révèle France Inter. Elle a été qualifiée de « découverte de l’année » par l’ASCO et pourrait être utilisée pour soigner de nombreux malades dans les années à venir.

Une étude française a également fait grand bruit lors de cette 54ème édition du congrès mondial du cancer de Chicago. Elle a bénéficié des honneurs du congrès avec présentation en séance plénière. Un privilège offert à seulement quatre ou cinq spécialistes à travers le monde. Pour cause, la découverte du professeur Arnaud Méjean de l’hôpital Georges-Pompidou pourrait soulager la prise en charge des patients atteints d’un cancer du rein. D’après lui, l’ablation du rein aujourd’hui préconisée serait inutile dans certains cas. Le traitement médical seul pourrait suffire, voire même présenter de meilleurs résultats que lorsqu’il est accompagné d’une ablation. Le professeur recommande la chirurgie en cas de petites métastases, lorsque les cellules cancéreuses n’ont pas migré vers d’autres organes. Dans les cas contraires, il ne préconise pas l’intervention qui risque d’affaiblir davantage le malade et de l’exposer à des risques inutiles.

Quel avenir pour les recherches ?

La plupart des études exposées au congrès doivent encore être validées ou confirmées par des essais cliniques. Certaines seront peut-être abandonnées, mais beaucoup d’autres, les plus concluantes, représentent l’avenir de la prise en charge thérapeutique du cancer. Il y a fort à parier que les résultats présentés ces derniers jours vont influencer d’une certaine manière l’avenir des malades et de leur famille pour de nombreuses années à venir.

 

Laissez votre commentaire