Cancer du sein : modification du processus de dépistage

Cancer du sein : modification du processus de dépistage

1137
0
<<<
>>>

Cancer du sein : modification du programme de dépistageDurant tout le mois d’octobre, l’Etat a lancé, comme chaque année à la même époque, la campagne “Octobre Rose” qui vise à sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein. Dans cette continuité, Marisol Touraine, ministre de la santé, a annoncé le 3 octobre que le programme de dépistage tel qu’il est à présent allait subir “une rénovation profonde”.

Un suivi plus personnalisé

Il y un an, l’Institut National du Cancer avait en effet, sur la demande de la Ministre de la Santé, organisé une “concertation scientifique et citoyenne”, incitant les professionnels de santé et les associations à travailler sur une amélioration du programme de dépistage. Il faut savoir qu’actuellement, il est conseillé à toutes les femmes entre 50 et 74 ans de pratiquer une mammographie tous les deux ans contre tous les ans pour celles qui présentent des risques élevés de développer un cancer du sein.

L’INCa alarmé par un arrêt complet du programme

Lors de la concertation citoyenne, certains membres du comité d’organisation ont prôné l’arrêt pur et simple du programme afin de laisser les médecins traitants juger au cas par cas. Cependant, l’INCa (Institut National du Cancer) a estimé qu’un abandon du programme serait “très risqué, générateur d’iniquités et de pertes de chance”. Il propose au contraire de rembourser à 100% l’échographie afin de compléter la mammographie dans le dépistage et de contrer les freins financiers que rencontrent certaines patientes. L’institut met en avant le fait qu’il faut à présent mieux mesurer l’impact du programme de dépistage et encourager la recherche pour anticiper l’évolution du cancer et empêcher un éventuel sur-traitement.

Le cancer du sein est le plus fréquent chez la femme. A ce jour, il provoque encore 12000 décès par an en France. Malgré tout, le ministère de la santé précise que, lorsqu’il est détecté assez tôt, il sauve les patientes 9 fois sur 10.

Laissez votre commentaire