Ce qu’il faut savoir sur le botulisme

Ce qu’il faut savoir sur le botulisme

339
0
<<<
>>>

Début septembre, un cas de botulisme a été identifié en Île-de-France chez une femme qui est aujourd’hui quasi totalement paralysée, avec très peu d’espoir de récupération. Largement relayé par les médias, ce cas est l’occasion de faire le point sur ce qu’est le botulisme et de rappeler les réflexes à avoir pour l’éviter.

En cause : une soupe périmée

D’après les premières constatations faites par la répression des fraudes au domicile de la patiente en Essonne, celle-ci aurait contracté le botulisme après avoir consommé une soupe aux légumes périmée depuis trois semaines. Après deux malaises survenus fin août et début septembre, les médecins suspectent d’abord un Accident vasculaire cérébral (AVC) avant de poser le véritable diagnostic. À noter qu’aucun problème n’a été signalé sur les 630 bouteilles de soupe faisant partie du même lot. Le mode de production du fabricant a, par ailleurs, été minutieusement inspecté.

Qu’est-ce que le botulisme ?

Le botulisme est une maladie neurologique grave provoquée par une toxine très puissante. Le docteure Christelle Mazuet, qui exerce à l’Institut Pasteur, précise qu’il s’agit de la toxine “la plus puissante du monde végétal, microbien ou encore animal”. Elle est même réputée pour être “plus puissante que le cyanure”. La toxine botulique est produite par la bactérie Clostridium botulinum, qui se développe essentiellement dans les aliments mal conservés et n’ayant pas subi de processus poussé de stérilisation (charcuteries, conserves familiales ou artisanales).

La bactérie produit des spores résistantes à la chaleur. En l’absence d’oxygène, ces spores germent, se développent et sécrètent des toxines. Parmi celles-ci, on distingue sept formes distinctes, dont quatre sont à l’origine du botulisme humain. Elles empêchent l’acétylcholine, un neurotransmetteur, de traverser les synapses entre les neurones moteurs et les muscles. L’absence de connexion entraîne une absence de contraction et, à terme, une paralysie.

Les symptômes du botulisme

Les premiers symptômes observés chez les personnes atteintes de botulisme sont une fatigue importante, une faiblesse et des vertiges. D’autres signes peuvent être associés : troubles de la vision, sensation de bouche sèche, vomissements, diarrhées, constipation, difficultés à déglutir et à s’exprimer. Dans les cas les plus graves, les muscles respiratoires et des membres inférieurs sont touchés. Lorsque la maladie n’est pas rapidement identifiée et traitée, les conséquences sur la santé peuvent être très graves.

Réflexes à adopter

Le botulisme est une maladie grave, mais qui reste relativement rare. Ainsi, 68 cas ont été recensés entre 2013 et 2016, et deux en 2018. Toutefois, il peut être évité en suivant certaines règles simples :

  • respecter les dates limites de consommation ;
  • ne pas rompre la chaîne du froid ;
  • bien régler son réfrigérateur à une température inférieure ou égale à 4 ° C ;
  • séparer les aliments crus des aliments cuits ;
  • bien se laver les mains avant de manipuler les aliments.

L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a dressé une liste des aliments qui peuvent être contaminés par la toxine botulique et avec lesquels il faut se montrer prudent :

  • mortadelle, jambon cru salé et séché, charcuteries (saucisses, pâtés) ;
  • conserves de végétaux (asperges, haricots verts, carottes, poivrons, olives à la grecque) ;
  • salaisons à base de viande de bœuf ;
  • poisson salé et séché, marinades de poisson ;
  • miel chez les enfants de moins d’un an.

Dans le cas du botulisme, le danger est d’autant plus grand que la toxine ne modifie ni le goût ni l’odeur des aliments.

Laissez votre commentaire