Fromage : le cerveau coupable de l’aversion

Fromage : le cerveau coupable de l’aversion

906
0
<<<
>>>

FromageL’odeur et l’aspect du fromage vous dégoûtent tellement que vous n’arrivez pas à rester à table lorsque quelqu’un en mange ? Cela pourrait être du au fonctionnement de votre cerveau !

Le fromage : un aliment qui ne fait pas l’unanimité

Une étude, menée par le Centre de Recherche en neuroscience de Lyon et le laboratoire Neuroscience Paris Seine, a tenté de comprendre la raison pour laquelle certains français éprouvent du dégoût lorsqu’ils voient du fromage. Publiée dans la revue Frontiers in Human Neurosciences, elle a analysé le comportement de 332 personnes vis-à-vis de cet aliment. Ainsi, les chercheurs ont pu observer que le fromage était l’aliment le plus détesté par les français (6%), contre 2,7% pour le poisson et 2,4% pour la charcuterie.

Le fonctionnement du cerveau en cause

Suite à cette analyse, les chercheurs ont voulu pousser l’étude en déterminant la raison scientifique à cette aversion. Pour cela, les cerveaux de 30 volontaires ont été observés, dont 15 qui n’aiment pas le fromage. Ils ont été confrontés à des images et des odeurs de plusieurs aliments dont 6 d’entre elles étaient du fromage. A chaque fois, il leur était demandé de préciser s’ils appréciaient l’odeur de l’aliment et s’ils avaient envie de le manger. Les chercheurs ont analysé leur cerveau en même temps qu’ils donnaient leur réponse. Les résultats ont pu montrer que le fonctionnement du cerveau chez une personne qui n’aime pas le fromage est différent : « Le pallidum ventral, une petite structure habituellement activée chez des personnes qui ont faim, était totalement inactive lors de la présentation d’une odeur et d’une image de fromage chez les personnes averses au fromage, alors qu’elle était activée par tous les autres types d’aliments ». Paradoxalement, l’étude révèle que les parties du cerveau fonctionnant dans le circuit de récompense (le globus pallidus et la substantia nigra) s’activaient chez les personnes qui n’aiment pas le fromage et pas chez celles qui l’apprécient. Les neuroscientifiques en ont conclu que cette région du cerveau comprend 2 types de neurones : l’un associé au circuit jouant un rôle de récompense mentale face à un aliment, et l’autre associé au caractère repoussant.

Laissez votre commentaire