Comment se protéger de l’hépatite A à l’étranger ?

Comment se protéger de l’hépatite A à l’étranger ?

196
0
<<<
>>>

Voyager dans certaines régions du monde expose à des risques plus ou moins graves pour la santé. De la simple « turista » à des maladies comme le paludisme, la dengue ou le chikungunya, mieux vaut être prudent et prendre quelques précautions avant et pendant le séjour.

La maladie la plus fréquente en voyage pouvant être prévenue par vaccination est l’hépatite A. Cette infection aiguë du foie se transmet par l’eau et les aliments contaminés. Elle apparaît généralement au retour d’un voyage dans un pays à l’hygiène précaire. Souvent comparée à une grosse grippe à cause des symptômes qu’elle provoque, la maladie de l’hépatite A peut parfois se compliquer, voire évoluer vers un décès, même si ces cas restent exceptionnels.

Pour s’en protéger, mesures d’hygiène et vaccination restent les deux piliers de la prévention.

Qu’est-ce que l’hépatite A ?

L’hépatite A est une maladie virale qui atteint le foie. Elle est due au virus de l’hépatite A appelé VHA. Ce virus peut se retrouver dans l’alimentation et l’eau lorsque l’hygiène est précaire. Très résistant, le VHA persiste dans l’environnement et il est très compliqué de s’en débarrasser, même aux moyens d’assainissement et de transformation des aliments.

Il est donc possible de contracter la maladie en mangeant un aliment contaminé (en particulier les coquillages, les légumes et les fruits crus) ou en buvant de l’eau insalubre. Le virus se transmet également de façon directe, d’individu à individu, notamment dans les collectivités (crèche, école maternelle, …) et dans certains groupes à risque comme des voyageurs. Il existe également un risque par contact avec un objet souillé ou une eau contaminée (puits, piscines insuffisamment traitées, …). Il faut être particulièrement vigilant avec les jeunes enfants qui ont tendance à porter les objets à leur bouche.

Le virus de l’hépatite A appartient à une famille complètement différente de celles des autres virus responsables d’hépatites. Il n’y a pas d’évolution sur des formes chroniques ou des cirrhoses (comme pour les hépatites B et C), mais la convalescence peut être longue et invalidante. Dans certains cas, la maladie évolue vers des formes sévères voire mortelles.

Quels sont les symptômes de l’hépatite A ?

Les premiers signes de la maladie apparaissent en moyenne un mois après la contamination, donc le plus souvent au retour du voyage.

Les symptômes de l’hépatite A sont similaires à ceux d’une grippe : fatigue, fièvre, douleurs articulaires et musculaires, courbatures, …

Dans certains cas, le malade ressentira aussi des troubles digestifs : manque d’appétit, nausées, vomissements, …

Ces premiers symptômes de l’hépatite A sont parfois suivis d’une « jaunisse » (coloration de la peau et du blanc des yeux en jaune). Les urines deviennent plus foncées et les selles plus claires. La jaunisse, aussi appelée ictère, n’apparaît pas chez tous les malades : les jeunes enfants ne sont que très rarement concernés, ce qui rend le diagnostic plus compliqué.

Dans la phase aiguë de l’hépatite A, le malade peut contaminer son entourage. La transmission est « oro-fécale » c’est-à-dire que les bactéries éliminées dans les selles du malade contaminent l’eau et la nourriture consommées par d’autres personnes.

Quels sont les risques liés à la maladie ?

Dans la majorité des cas, l’hépatite A n’entraîne dans de complications graves, bien que la convalescence puisse durer jusqu’à 6 mois, avec fatigue, nausées et perte d’appétit.

Néanmoins, il existe beaucoup plus rarement des formes sévères d’hépatite A qui peuvent nécessiter une hospitalisation. Le risque de complications augmente avec l’âge : des jeunes enfants se remettent généralement plus facilement et rapidement, avec des symptômes légers, alors que les adultes présentent des symptômes plus invalidants et une convalescence plus longue.

Dans les cas les plus graves, la maladie atteint sévèrement le foie conduisant à une insuffisance hépatique pouvant être mortelle et nécessitant une greffe de foie en urgence.

Comment soigner l’hépatite A ?

Il n’existe actuellement aucun traitement spécifique pour soigner l’hépatite A. La prise en charge médicale consiste à soulager les symptômes en attendant la guérison. Néanmoins, le suivi par un médecin reste nécessaire, car l’automédication peut entraîner des complications importantes, certains médicaments ayant des répercussions sur le foie.

En parallèle, le patient doit se reposer et veiller à garder une bonne hygiène de vie. Il est aussi invité à respecter certaines mesures d’hygiène afin de ne pas transmettre le virus à d’autres personnes :

  • Se laver les mains régulièrement, notamment avant la préparation d’un repas et après s’être rendu aux toilettes ;
  • Nettoyer les WC avec un désinfectant après chaque passage ;
  • Nettoyer fréquemment les surfaces les plus exposées (poignées de portes, toilettes, lavabos, ustensiles de cuisine …) ;
  • Ne pas partager ses affaires personnelles (verres, couverts, gants de toilette, …).

Il peut être envisagé de vacciner les proches pour les protéger de l’infection.

Quelles sont les mesures de prévention contre l’hépatite A ?

Pour se protéger de l’hépatite A lors d’un voyage à l’étranger, il existe deux actions préventives complémentaires : les mesures d’hygiène et la vaccination.

Les règles d’hygiène

Dans un pays à l’hygiène précaire, certaines règles élémentaires d’hygiène doivent être respectées :

  • Se laver soigneusement les mains avec de l’eau et du savon (ou à défaut un gel hydroalcoolique) avant les repas et après chaque passage aux toilettes ;
  • Éviter les coquillages, les crustacés, les poissons, les viandes et les œufs crus ou insuffisamment cuits ;
  • Éviter les fruits et légumes crus ou bien les peler soi-même et les rincer à l’eau propre ;
  • Boire uniquement de l’eau en bouteilles capsulées ou rendue potable (par ébullition ou filtration et désinfection) ;
  • Ne pas boire de lait non pasteurisé ;
  • Ne pas prendre de glaçons ou consommer des glaces ou jus de fruits artisanaux sans en connaître la provenance ;
  • Éviter les piscines lorsque l’eau paraît suspecte.

La vaccination

Avant un voyage dans une zone à risques, il est conseillé de se faire vacciner avant le départ. Généralement, le vaccin de l’hépatite A est conseillé lors d’un séjour en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud ou en Europe de l’Est. Néanmoins, il est du rôle du médecin traitant de juger au cas par cas si la vaccination est nécessaire ou non. Elle est particulièrement recommandée aux personnes souffrant d’une maladie chronique du foie ou de mucoviscidose. En cas de doute, une consultation médicale est donc conseillée pour ne pas prendre de risques inutiles.

Le vaccin de l’hépatite A est produit à partir d’un virus inactivé. Il présente peu d’effets secondaires et n’a jamais provoqué de manifestations indésirables graves. Il consiste en une injection au moins 15 jours avant le départ pour une protection allant de 3 à 5 ans selon les individus. Il reste néanmoins conseillé d’effectuer un rappel pour acquérir une immunisation jusqu’à 10 ans. Dans la plupart des cas, le rappel a lieu entre 6 à 12 mois après la première injection, bien que cette seconde dose puisse être administrée dans des délais plus larges en cas d’oubli.

Le vaccin de l’hépatite A, avec les mesures d’hygiène, reste le meilleur moyen de se protéger de la maladie de façon efficace. Il est même parfois administré après l’exposition au virus afin de réduire le risque de déclarer la maladie, ou du moins, en atténuer les symptômes le cas échéant.

Ce qu’il faut retenir

L’hépatite A est une maladie fréquente lors d’un voyage à l’étranger qui se manifeste le plus souvent au retour d’un séjour dans un pays à l’hygiène précaire. Bien qu’elle soit généralement bénigne, elle présente une convalescence longue et pénible, ainsi que des risques de complications et de transmission. Pour s’en protéger, deux moyens complémentaires s’offrent aux voyageurs : le respect de certaines règles d’hygiène durant le voyage et la vaccination au moins 15 jours avant le départ.

A lire aussi : Santé et voyage : Comment bien préparer votre séjour en zone tropicale ?

Laissez votre commentaire