Covid-19 : zoom sur le syndrome du vacciné

Covid-19 : zoom sur le syndrome du vacciné

113
0
<<<
>>>

Alors que la campagne de vaccination contre le covid-19 bat son plein et que le nombre de personnes vaccinées augmente de manière constante, les scientifiques commencent à observer une baisse de vigilance vis-à-vis des gestes barrière. Ce phénomène, baptisé syndrome du vacciné, résulte d’un désir très fort de retrouver d’anciennes habitudes. Bien que compréhensible, cela inquiète beaucoup les médecins, qui craignent une nouvelle hausse des contaminations. En effet, l’immunité procurée par le vaccin a besoin de temps pour se mettre en place complètement.

Qu’est-ce que le syndrome du vacciné ?

La pandémie du covid-19 a donné lieu à de nombreuses situations jusqu’alors inédites. Dernière en date : le syndrome du vacciné. Cette expression fait référence aux personnes qui négligent les mesures barrière, poussées par une sensation de libération suite à l’injection de la première dose de vaccin. Le Dr Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital de Garches (AP-HP), résume assez bien les choses dans un article paru dans Le Parisien : “ils voient leur première dose comme un totem”. Il s’en suit un abandon du port du masque, de la distanciation sociale et du lavage régulier des mains, trois gestes devenus pourtant communs au cours de l’année écoulée.

Les recommandations des spécialistes

Le syndrome du vacciné est problématique pour une raison très simple : la protection n’est assurée que deux semaines après l’injection de la deuxième dose. Le Dr Clotilde Latarche, médecin épidémiologiste au CHU de Nancy, a également précisé dans Le Figaro qu’il faut trois semaines après la première injection pour voir le risque de transmission diminuer de 50 %. En attendant, tous les spécialistes insistent sur la nécessité de rester prudents, d’autant plus que le virus et ses variants circulent toujours, et que l’immunité collective n’est pas encore atteinte dans le pays.

À ce jour, les mesures barrière ont été légèrement allégées pour les personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet. Toutefois, cet allégement est pour le moment limité au cercle privé familial et amical, où il est possible de retirer son masque sous réserve de respecter la distanciation et de se laver régulièrement les mains. Dans le même temps, certains départements affichant un faible taux d’incidence ont abandonné l’obligation du port du masque en extérieur, ce qui n’est pas encore possible à l’échelle nationale.

L’importance de la vaccination

Amorcée en janvier 2021, la campagne de vaccination contre le covid-19 a franchi un nouveau palier fin mai, avec l’ouverture aux plus de 18 ans sans condition. Au 28 mai, plus de 24 millions de personnes avaient reçu la première dose de vaccin, et plus de 11 millions bénéficiaient d’un schéma vaccinal complet. D’après les prévisions d’approvisionnement, plus de 50 millions de doses devraient être disponibles au 15 juin.

Se faire vacciner permet de se protéger, mais aussi de protéger son entourage, en particulier les personnes fragiles. Plusieurs études portant sur les vaccins Pfizer, AstraZeneca et Moderna ont montré des résultats positifs sur ce point. Ainsi, l’incidence des infections est moindre chez les personnes vaccinées, ainsi qu’au sein de leur entourage. Lorsque l’infection survient malgré la vaccination, la charge virale est 250 à 800 fois inférieure à celle des personnes non vaccinées, tandis que l’excrétion virale est de plus courte durée.

Laissez votre commentaire