Crise sanitaire : ne négligez pas votre santé !

Crise sanitaire : ne négligez pas votre santé !

809
0
<<<
>>>

La France, comme beaucoup d’autres pays dans le monde, se trouve actuellement dans une situation complexe de crise sanitaire. La crainte du coronavirus, les mesures de confinement, mais aussi la volonté de ne pas surcharger les services amènent certaines personnes à négliger leur suivi médical ou certains symptômes graves annonciateurs d’un infarctus ou d’un AVC par exemple. Pourtant, malgré le contexte difficile, il est primordial de rester attentif à sa santé.

Symptômes d’infarctus et d’AVC : restez vigilant

L’infarctus du myocarde et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) constituent des urgences médicales. Dans les deux cas, les conséquences sur l’état de santé peuvent être très graves et irréversibles si la prise en charge n’intervient pas rapidement. Or, les Sociétés françaises neurovasculaire et de cardiologie ont récemment alerté sur la baisse des admissions pour ces pathologies. Selon elles, “l’organisation de la prise en charge […] est toujours active et doit continuer à répondre aux besoins médicaux”.

Les signes d’un infarctus sont généralement une douleur thoracique, une sensation de manquer d’air à l’effort et au repos, des palpitations, voire des malaises. Pour l’AVC, la personne peut ressentir une faiblesse dans un membre ou au niveau du visage, un trouble de la parole, de la vision et/ou de l’équilibre. Dans les deux cas, tout se joue dans les premières heures. Il ne faut donc pas hésiter à contacter le Samu (15), dont les équipes ont été renforcées afin de répondre aux appels. À l’hôpital, les patients souffrant d’un AVC ou d’un infarctus ne sont pas en contact avec des malades ayant contracté le Covid-19, ceux-ci étant pris en charge dans une filière dédiée.

Si vous avez eu un infarctus ou un AVC par le passé, poursuivez votre traitement habituel et demandez l’avis de votre médecin ou d’un pharmacien au moindre doute concernant votre état de santé.

Le cas des patients atteints de cancer

Les personnes souffrant d’un cancer sont considérées comme à risque de développer une forme grave de coronavirus. Afin de les accompagner pendant la crise sanitaire, l’Institut national contre le cancer (Inca) met à disposition des informations générales sur les consignes à respecter ainsi qu’une rubrique “questions/réponses”. Il est vivement recommandé de rester en contact avec l’oncologue et le médecin traitant. Pour les rendez-vous de suivi, l’équipe soignante peut décider d’adapter au cas par cas le contenu et le calendrier des soins initialement prévus. Ainsi, un rendez-vous à l’hôpital peut être remplacé par une téléconsultation et, si nécessaire, des soins à domicile. Un traitement par intraveineuse peut également faire l’objet d’une substitution par un traitement par voie orale lorsque cela est possible. De manière générale, si vous souffrez d’un cancer, n’interrompez pas votre traitement sans l’avis de votre médecin et ne vous présentez pas à l’hôpital ou dans un cabinet médical sans y avoir été invité au préalable.

Le suivi médical, important à tout âge

Tout au long de la vie, et notamment en cas de maladie chronique, le suivi médical est essentiel. Pendant la pandémie, il concerne aussi bien les nouveau-nés que les adultes. Ainsi, les bébés sortis précocement de la maternité doivent être vus impérativement par un professionnel de santé (pédiatre, généraliste, sage-femme) dans les 6 à 15 jours qui suivent. La consultation du premier mois doit être maintenue, ainsi que toutes celles qui comportent des vaccins obligatoires afin de ne pas prendre de retard dans le calendrier de vaccination. Cela concerne tous les enfants jusqu’à l’âge de 2 ans. Enfin, il n’y a pas lieu d’arrêter le traitement d’un enfant atteint d’une pathologie chronique telle que l’asthme.

Il en va de même pour les adultes. En cas de diabète, d’insuffisance cardiaque, de cancer ou de maladie psychiatrique, il est important de continuer à consulter. Les femmes enceintes doivent également poursuivre leur suivi de grossesse, en veillant à appliquer scrupuleusement les mesures barrières. Depuis le début de la pandémie, les cabinets médicaux font en sorte d’éviter au maximum les situations d’exposition en aménageant les horaires de rendez-vous et en généralisant la téléconsultation, prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie dans le cadre de la crise sanitaire.

Laissez votre commentaire