Curcuma l’épice star de la cuisine santé

Curcuma l’épice star de la cuisine santé

311
0
<<<
>>>

Originaire d’Inde et de Malaisie, le curcuma est une racine à la couleur jaune orangé qui porte également le nom de « safran des Indes » ou «  safran Bourbon ». Cette épice est connue et utilisée par la médecine indienne ayurvédique depuis toujours, pour sa richesse en curcuminoïdes, en particulier la curcumine ce principe actif qui lui donne cette couleur jaune d’or. Le curcuma entre dans la composition de nombreux currys indiens. Au-delà de son intérêt gustatif, le curcuma possède d’innombrables vertus reconnues en santé. Pharma GDD vous fait faire un tour d’horizon des bénéfices de la plante magique !

Curcuma, dans quel cas ?

Grâce à ses propriétés régénérantes, protectrices et apaisantes, l’épice est connue pour soulager de nombreux symptômes qui peuvent incommoder notre existence, limiter la mobilité, perturber une digestion saine ou encore affaiblir le mental. L’effet du curcuma sur l’organisme est comparable à celle des vitamines C et E et il est également un excellent anti-oxydant.

Bien digérer demande de nombreux efforts à l’organisme et le système immunitaire est très sollicité. Il y a d’abord la cavité buccale puis l’estomac et ses sucs gastriques, puis le foie et la vésicule biliaire, le pancréas et enfin l’intestin et ses milliards de bactéries qui doivent travailler en harmonie. Toutes les substances naturelles qui peuvent faciliter, soutenir les processus digestifs, permettent une meilleure action des défenses naturelles dans d’autres parties de l’organisme

Un Antiseptique, qui stimule l’appareil digestif

La curcumine permet la régulation du milieu acide de l’estomac, de la digestion et de la flore intestinale.Testé dans de nombreuses études, le curcuma n’élimine pas totalement les bactéries présentes dans notre organisme comme Helicobacter ou les brûlures d’estomac , mais il a la capacité de protéger la muqueuse gastrique ce qui  permet de prévenir et soulager certains troubles comme les renvois  et les ballonnements. Dans les faits, la médecine traditionnelle chinoise et la médecine ayurvédique utilisent depuis plusieurs siècles le curcuma pour favoriser la sécrétion de la vésicule biliaire et ainsi faciliter la digestion. Les nombreuses vertus qu’on lui confère seraient en partie attribuables à la présence de principe actif : des substances aux propriétés antioxydantes. L’efficacité du rhizome (tige) du curcuma est officiellement reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans le traitement des troubles digestifs tels que les douleurs abdominales dans la région de l’estomac ou du foie, les nausées ou vomissements, les sensations de lourdeur et les ballonnements. Anti-inflammatoire, l’épice permet de soulager les intestins irrités ainsi que certaines douleurs inflammatoires.

 Un antioxydant, qui aide le foie

Le curcuma favorise le drainage des déchets en stimulant l’activité hépatique, en soutenant la dégradation et l’élimination des graisses.Le curcuma agit sur la porosité et l’inflammation intestinales. Avec son principe actif unique, la curcumine, ce puissant antioxydant naturel est efficace pour lutter contre la stéatose hépatique (rétention de graisses au niveau du foie) et pour renforcer le foie. La curcumine possède des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et hypocholestérolémiantes (baisse le niveau de cholestérol). L’épice apaise, détoxifie, et protège le foie. Ces vertus permettent également de rétablir un équilibre digestif en régulant l’acidité gastrique, en stimulant la sécrétion de mucus, en augmentant la sécrétion de bile et en améliorant son évacuation.

 Anti-déprime, qui apaise le système nerveux

La racine de curcuma renferme des antioxydants très puissants qui peuvent soutenir et renforcer le système nerveux. Une étude menée en Iran et publié en 2014 a démontré qu’en cas de dépression grave, la prise de curcuma associé à la piperine, le tout associé à un traitement antidépresseur permet de réduire les symptômes (irritation troubles du sommeil, fatigue, anhédonie, difficultés de concentration, perte de motivation).Une étude est en cours afin de déterminer si le curcuma seul pourrait suffire à soigner la dépression.

 Les Recherches sur les bénéfices du curcuma

 Prévention et traitement du cancer

 Dans ce domaine, la recherche est très active et les résultats de plusieurs essais cliniques sont attendus. Les chercheurs pensent que les effets antioxydants et anti-inflammatoires de la curcumine peuvent jouer un rôle dans la prévention et le traitement du cancer. Des études in vitro (en dehors d’un organisme vivant) indiquent déjà que la curcumine empêche la prolifération des cellules cancéreuses en agissant à divers moments de leur développement et favorise la fabrication d’enzymes qui aident le corps à se débarrasser des cellules cancéreuses.

Selon des données épidémiologiques, la prévalence de plusieurs cancers (du côlon, du sein, de la prostate et du poumon) est moins élevée dans les pays asiatiques où l’on consomme beaucoup de curcuma. Les propriétés anticancéreuses de la curcumine sont prises très au sérieux par la communauté scientifique et plusieurs essais cliniques sont en cours. Utilisée seule ou en association avec la chimiothérapie, la curcumine a permis, dans certains cas, de stabiliser l’évolution de cancer colorectal et pancréatique. Par ailleurs des recherches montrent que le curcuma serait un stimulant pour les traitements du cancer. De nombreux résultats obtenus sur les animaux indiquent que l’épice augmente les effets thérapeutiques de la radiothérapie et de la chimiothérapie en rendant les cellules cancéreuses plus sensibles à ces traitements. Elle permettrait également de réduire les effets indésirables.

 Maladies inflammatoires chroniques

En Inde et en Chine, on utilise le curcuma depuis très longtemps pour ses propriétés qui luttent contre l’inflammation. Des essais in vitro et sur des animaux ont donné des résultats positifs pour les traitements de la colite ulcéreuse, de l’arthrite rhumatoïde et de la pancréatite. Chez l’homme, les données sont encore parcellaires et il faudra attendre les résultats de plusieurs essais cliniques en cours pour se faire une idée plus exacte de son efficacité.

Maladies inflammatoires des intestins

En 2011, une revue a analysé l’efficacité du curcuma (360 mg 2 à 3 fois par jour pendant 3 jours) sur les maladies inflammatoires intestinales, en combinaison avec les traitements standard. Il apparaît que cette combinaison curcuma-traitement réduit significativement les symptômes et les marqueurs de l’inflammation. Cependant, les effets du curcuma seul ne sont pas connus et le nombre limité de participants ne permet pas de tirer de conclusions définitives.

 Diabète

Deux études ont rapporté un effet éventuel préventif du curcuma dans la survenue d’un diabète. Dans la première étude, les participants ont été répartis en deux groupes : le premier recevait un placebo alors que le second prenait trois capsules par jour de curcuma (750 mg) deux fois par jour pendant 9 mois. L’extrait de curcuma contient entre 75 et 85% de curcumoïdes. Après neuf mois de traitement, 16% des participants du groupe placebo ont développé un diabète, alors qu’aucun de ceux traités avec le curcuma n’a présenté la pathologie. De plus, les individus traités avec le curcuma ont vu leur poids diminué, ainsi que leur tour de taille et leur glycémie plasmatique à jeun.

Une seconde étude a évalué les effets du curcuma (22 mg trois fois par jour pendant 2 mois) chez des patients diabétiques avec une néphropathie dont certains présentaient une insuffisance rénale à un stade très avancé. Comparés au groupe placebo, les patients traités présentaient une diminution de l’excrétion des protéines urinaires ainsi qu’une baisse des niveaux d’IL-8 (une molécule indiquant une infection) et de TGF-β (un facteur indiquant une tumeur).

En pratique

Le curcuma est mieux assimilé par l’organisme lorsqu’il est consommé avec des matières grasses et un peu de poivre. La pipérine du poivre permet d’optimiser son action, de même que la racine de gingembre, il faut donc préférer des extraits riches en curcumine (95%) et y associer du poivre (pipérine) et du gingembre.  N’hésitez pas à augmenter les doses de curcuma pur si vous n’aimez pas ces autres épices. Dans le quotidien, il suffit de mélanger une bonne cuillerée à café de poudre de racine de curcuma Bio  environ 200 mg dans une cuillerée à soupe d’huile d’olive puis d’ajouter un peu de poivre noir. On saupoudre le tout, une fois par jour sur un plat chaud ou même une salade. Il ne faut surtout pas forcer la dose au risque d’irritations digestives (notamment à cause du poivre, si l’on est sensible aux épices fortes).

Afin d’éviter sa détérioration, conserver cette épice à l’abri de l’air, dans une boite en métal ou un flacon en verre opaque. De même, il est préférable de se la procurer en épicerie plutôt qu’en vrac sur le marché, où elle traîne parfois durant des mois sur les étals. Le mieux est de l’acheter fraîche puis la laisser sécher et enfin la moudre soi-même.

Contre-indications du curcuma

Le curcuma est contre-indiqué pour les personnes qui souffrent d’obstruction des voies biliaires (calculs). Celles qui souffrent d’une maladie du foie doivent consulter leur médecin avant de prendre du curcuma. Il est également contre-indiqué chez les personnes qui ont développé des signes d’allergie à cette plante. Avec des propriétés anticoagulantes, il est contre-indiqué pour les personnes ayant un traitement anticoagulant. Le curcuma à dose élevée est déconseillé en cas d’ulcère de l’estomac ou du duodénum, car il risque d’augmenter l’irritation. La prise de curcuma en compléments alimentaires (gélule/ poudre) est déconseillée aux femmes enceintes et/ou allaitant et également aux enfants.

Laissez votre commentaire