De nouvelles techniques pour reconstituer l’émail des dents

De nouvelles techniques pour reconstituer l’émail des dents

262
0
<<<
>>>

Des études récentes menées au Royaume-Uni et aux Etats-Unis ont mis en avant une nouvelle technique qui permettrait de reconstituer l’émail des dents et de répondre à certaines problématiques bucco-dentaires, notamment les caries et la sensibilité dentaire.

L’émail, une substance bien fragile

L’émail constitue la partie externe de la couronne des dents et recouvre la dentine (élément principal constituant la dent). Il s’agit de la substance la plus dure et la plus minéralisée de notre organisme mais aussi une des plus fragiles. L’émail peut en effet être sensibilisé et déminéralisé, en particulier par les caries. Celles-ci apparaissent en raison d’une mauvaise hygiène bucco-dentaire ou d’une alimentation trop riche en sucres à l’origine d’une augmentation des bactéries et des sécrétions acides. Lorsque tous ces phénomènes s’accumulent, l’émail ne peut plus jouer son rôle.

Selon l’OMS, 60 à 90 % des enfants et près de 100 % des adultes ont déjà eu eu des caries au moins une fois et les cas de sensibilité dentaire due à une érosion de l’émail ne cessent d’augmenter. Une situation qui encourage les spécialistes à chercher des solutions.

Un traitement innovant à base de peptides

Aux Etats-Unis, des chercheurs de l’université de Washington ont ainsi développé un produit élaboré à base de peptides qui vise à imiter le processus naturel de fabrication des dents. Tout au long de la croissance d’une dent, des cellules appelées « améloblastes » sécrètent des protéines, dont l’amélogénine, qui vont former la couche d’émail. Cependant, lorsque la croissance de la dent est achevée, ces cellules meurent et ne produisent donc plus d’émail.

Le produit conçu par les chercheurs américains a fait l’objet de tests en laboratoire et d’une étude publiée dans la revue ACS Biomaterials Science and Engineering. Il est composé de peptides issus de fragments d’amélogénine qui vont favoriser la fixation du calcium et des phosphates puis la cristallisation et la formation d’une couche suffisamment épaisse et dense pour jouer le même rôle que l’émail.

Plus récemment, des chercheurs britanniques de la Queen Mary’s School of Engineering and Material Science basée à Londres se sont penchés sur un matériau formé de protéines qui serait capable de favoriser la croissance de nanocristaux d’apatite (minerai issu du calcium naturel) afin qu’ils adoptent un comportement et des propriétés physiques similaires à ceux de l’émail.

Des techniques encore limitées

Malgré des résultats concluants, ces techniques doivent encore être validées par des tests et des études plus larges et restent encore limitées aux lésions superficielles. Elles pourraient toutefois être utilisées dans le cadre de la fabrication de dentifrice pour prévenir la déminéralisation de l’émail.

Les dentifrices au fluor actuellement disponibles sont recommandés par les dentistes bien que leur pouvoir reminéralisant soit réduit par la concentration limitée en fluor. Ils sont toutefois les seuls à assurer la prévention des caries et à limiter la dégradation de l’émail.

Laissez votre commentaire