Dernières informations sur la lutte contre le Covid-19

Dernières informations sur la lutte contre le Covid-19

880
0
<<<
>>>

L’épidémie de coronavirus se poursuit dans le monde entier. Israël, Melbourne (Australie) et l’Arizona (États-Unis) font partie des régions qui ont dû se reconfiner en raison d’une hausse des cas de contaminations. En France, comme c’est le cas pour d’autres pays d’Europe, la situation reste stable et les éventuels clusters sont rapidement identifiés afin de limiter la transmission du virus. Pour autant, les autorités sanitaires craignent un relâchement de la lutte contre le Covid-19 et l’apparition d’une deuxième vague à la sortie de l’été. Il est donc essentiel de conserver les bons réflexes, même pendant les vacances !

Respecter les gestes barrière

La période estivale est synonyme, pour de nombreuses personnes, de vacances, de rassemblements familiaux ou festifs. Autant de situations qui peuvent amener à un laisser-aller dans l’application des gestes barrière. Or, ceux-ci sont indispensables pour freiner la propagation du coronavirus et mettre fin à l’épidémie. Les recommandations restent les mêmes pendant l’été :

  • se laver les mains régulièrement à l’eau et au savon, ou avec une solution hydroalcoolique ;
  • tousser et éternuer dans le pli du coude ;
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter dans une poubelle munie d’un couvercle ;
  • éviter de se toucher le visage, notamment le nez et la bouche ;
  • porter un masque, surtout lorsque la distanciation sociale ne peut être respectée, et dans les espaces clos ;
  • éviter de se faire la bise et de se serrer la main ;
  • protéger les plus fragiles : personnes âgées, malades chroniques, femmes enceintes.

La question se pose alors : comment profiter de l’été tout en luttant contre le virus ? Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce ne sont pas les activités qui manquent. Vous pouvez ainsi aller au musée, au cinéma, visiter des châteaux ou d’autres monuments, organiser une sortie au zoo ou dans un aquarium, vous promener dans des parcs, vous lancer dans des virées à vélo ou des randonnées. Si vous allez à la plage, pensez à vous installer à bonne distance des autres vacanciers.

Voyager en toute sécurité

Des recommandations particulières s’appliquent aux personnes qui s’apprêtent à voyager en dehors du pays. Tout d’abord, sachez que les trajets entre la métropole et l’outre-mer sont soumis à plusieurs conditions. Ainsi, tous les voyageurs dès l’âge de 11 ans doivent fournir un test Covid-19 négatif, réalisé dans les 72 heures précédant l’embarquement. Ils doivent également remplir une attestation sur l’honneur précisant qu’ils n’ont pas de symptômes et n’ont pas été en contact avec un cas confirmé de coronavirus. Lorsque ces critères ne sont pas remplis, la compagnie aérienne devra refuser l’embarquement. Si vous souhaitez aller en Guyane ou à Mayotte, où la circulation du virus est toujours active, il vous faudra justifier d’un motif impérieux de déplacement. Dans tous les cas, les aéroports ont mis en place des mesures de contrôle, notamment la prise de température et le port du masque, y compris dans l’avion.

Pour connaître les restrictions particulières imposées dans les différents pays, vous pouvez consulter le site du ministère des Affaires étrangères, vous rapprocher des ambassades, ou utiliser l’outil Re-open EU, mis en place par la Commission européenne, qui vous permet de prendre connaissance des conditions de voyage et de tourisme dans les différents pays de l’Union européenne.

Port du masque obligatoire

Ce mardi 14 juillet, le président Emmanuel Macron a annoncé que le port du masque deviendra obligatoire dans les espaces publics clos à partir du 1er août, le temps de mettre en place toute la logistique, de définir plus précisément la notion de “lieu public clos” et les éventuelles sanctions si la règle n’est pas appliquée. Cette mesure était réclamée par de nombreux médecins signataires d’une tribune publiée dans le journal Le Parisien le 11 juillet. Déjà obligatoire dans les transports en commun, les musées et les cinémas, le port du masque devrait le devenir dans les commerces, les grandes surfaces, les salles des fêtes, les hôtels, les lieux de culte, les salles de spectacle ou encore les services publics (bibliothèques, mairies, bureaux de poste, hôpitaux).

Mise à jour du 16/07/2020 : Le premier ministre Jean Castex a annoncé ce jeudi 16 juillet que le port du masque deviendrait finalement obligatoire dès “la semaine prochaine”, soit à partir du 20 juillet. En Mayenne, le préfet a déjà pris un arrêté à effet immédiat en raison de l’apparition de plusieurs clusters et d’une hausse des cas de contamination.

Mise à jour du 20/07/2020 : La liste des établissements concernés par le port du masque obligatoire a été rendue publique. Voici donc les lieux dans lesquels l’obligation s’applique :

  • salles d’auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple, y compris salles de spectacle et cinémas ;
  • restaurants et débits de boissons ;
  • hôtels et pensions de famille ;
  • salles de jeux ;
  • établissements d’éveil, d’enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs sans hébergement ;
  • bibliothèques, centres de documentation ;
  • établissements de culte ;
  • établissements sportifs couverts ;
  • musées ;
  • établissements de plein air ;
  • chapiteaux, tentes et structures ;
  • hôtels-restaurants d’altitude ;
  • établissements flottants ;
  • refuges de montagne ;
  • gares routières et maritimes, aéroports ;
  • magasins de vente, centres commerciaux ;
  • administrations et banques ;
  • marchés couverts.

Tests sérologiques rapides en pharmacie

Les tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) peuvent désormais être effectués en pharmacie. Jusqu’à maintenant, ils étaient réalisés en laboratoire d’analyses médicales, en ville ou à l’hôpital, en faisant une prise de sang. Ces tests permettent de savoir si une personne a été exposée au coronavirus en détectant les éventuels anticorps. Ils consistent à prélever une petite goutte de sang, le plus souvent au bout du doigt, puis à mettre le sang en contact avec un réactif. Le résultat est connu en quelques minutes seulement. Cette mesure intégrée au plan de sortie de l’état d’urgence sanitaire a pour objectif d’encourager la réalisation des tests. En cas de résultat positif, un test complémentaire devra être fait dans un laboratoire. Un test virologique (RT-PCR) pourra aussi être demandé pour vérifier si le virus est toujours présent dans l’organisme et si la personne est susceptible de le propager.

Troisième phase de test pour un vaccin

Aux États-Unis, le groupe pharmaceutique Moderna a annoncé que son vaccin expérimental contre le virus entrera dans sa troisième phase de test à partir du 27 juillet. Les essais sur l’Homme ont commencé le 16 mars, soit 66 jours seulement après la publication du code génétique de ce nouveau coronavirus. Les résultats de la première phase ont été publiés dans le New England Journal of Medicine. 45 volontaires sains ont été divisés en 3 groupes recevant chacun une dose différente (25 µg, 100 µg, 250 µg) et 2 injections. Le vaccin s’est révélé sûr et a déclenché une réponse immunitaire chez les 45 sujets, avec des taux élevés d’anticorps, plus hauts même que la moyenne constatée chez des patients guéris du Covid-19. Aucun effet secondaire important n’a été rapporté. Certains volontaires ayant reçu le dosage le plus important ont rencontré de la fatigue, des maux de tête, des frissons et des douleurs musculaires, essentiellement après la deuxième injection de vaccin.

La phase 3 des essais cliniques concernera cette fois 30 000 personnes. Une moitié recevra le vaccin, l’autre recevra un placebo. L’étude doit prendre fin en octobre 2022. Si elle s’avère concluante, Moderna assure pouvoir produire 500 millions de doses par an.

Laissez votre commentaire