Des efforts à faire pour mieux corriger la vue des personnes âgées

Des efforts à faire pour mieux corriger la vue des personnes âgées

207
0
<<<
>>>

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a publié ce jeudi 8 novembre un communiqué de presse dans lequel il présente les résultats d’une étude concernant la vue des personnes âgées de 78 ans et plus. Près de 40 % d’entre elles portent des lunettes qui ne sont pas adaptées à leurs déficiences visuelles, ce qui impacte plus ou moins fortement leur qualité de vie.

Plus de 700 personnes examinées

Financée par le lunetier Essilor et le laboratoire Théa, spécialisé dans les produits d’ophtalmologie, cette étude menée par l’Inserm et les universités de Bordeaux et de la Sorbonne a fait l’objet d’une publication dans la revue Jama Ophtalmology. Au total, 707 personnes âgées de 78 ans et plus ont été examinées. L’équipe de chercheurs a examiné et analysé les troubles visuels liés aux erreurs de réfraction (myopie, hypermétropie, astigmatisme) mal ou non corrigées.

Il s’est avéré que près de 40 % d’entre elles ne portaient pas de dispositif de correction (lunettes ou lentilles de contact) adapté à leur pathologie. La prévalence était de 33 % chez les individus examinés en milieu hospitalier et de 50 % chez les personnes vues à leur domicile. Cette différence peut s’expliquer par le fait que les personnes âgées ont tendance à moins se déplacer et que leur priorité ne se situe plus dans les visites chez leur ophtalmologiste. Le port de lunettes non adaptées atteint même 35 % chez les personnes qui souffrent de pathologies oculaires comme la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou le glaucome.

Plusieurs explications possibles

D’après Catherine Helmer, chercheuse au sein de l’Inserm et en charge de l’étude, plusieurs facteurs pourraient expliquer ce phénomène. Il pourrait y avoir un certain fatalisme chez les personnes concernées qui estiment qu’il est normal que la vue baisse lorsque l’on vieillit et qu’il est vain de chercher à y remédier. Catherine Helmer pointe également du doigt le coût des lunettes, qui reste trop élevé malgré les aides proposées.

Plus de prévention et un meilleur suivi

Les troubles visuels sont très fréquents chez les individus les plus âgés. L’impact sur leur qualité de vie peut être très important et certaines pathologies vont jusqu’à réduire considérablement leur autonomie dans des activités courantes. Le fait de ne pas avoir de lunettes adaptées n’arrange en rien les choses. Pour y remédier, les chercheurs insistent sur la nécessité de mettre en place des actions de prévention plus ciblées et d’améliorer le suivi des personnes âgées.

Laissez votre commentaire