Des mesures à venir pour soutenir les aidants

Des mesures à venir pour soutenir les aidants

170
0
<<<
>>>

Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre en charge des personnes handicapées, était l’invitée du Grand Entretien de la matinale de France Inter ce mercredi 23 octobre. À l’occasion de la présentation du plan “Agir pour les aidants”, elle a fait part des mesures qui seront mises en place dans les prochains mois afin de soutenir les aidants.

Un “pilier de la société”

En France, entre 8 et 11 millions de personnes sont des aidants, sans en avoir forcément conscience. Près de 500 000 d’entre elles sont même considérées comme de jeunes aidants (adolescents, étudiants). Les aidants interrompent souvent leur vie professionnelle pour un temps plus ou moins long dans le but d’accompagner un proche âgé, malade ou handicapé. Selon Sophie Cluzel, ils constituent un “pilier de la société” et incarnent la bienveillance, la fraternité et la solidarité. D’ici à 2030, 1 actif sur 4 sera devenu un aidant. Une situation qui nécessite de travailler dès maintenant sur de meilleures solutions de soutien et de répit.

Rompre l’isolement des aidants

Les différentes mesures du plan visent surtout à rompre l’isolement dans lequel se trouvent de nombreux aidants. L’objectif est de les aider à concilier les différents aspects de leur vie. Sophie Cluzel énonce un message très clair : “soyons solidaires avec ceux qui le sont déjà”. Pour mener à bien ce projet, le gouvernement compte s’appuyer sur les solutions déjà existantes ainsi que sur un tissu associatif très riche. Il souhaite également offrir une meilleure information aux proches aidants à travers un numéro d’appel unique, pour simplifier de nombreuses démarches, notamment administratives, qui pèsent sur le quotidien.

Congé rémunéré et solutions de répit : les mesures phares

Depuis 2016, il existe ce que l’on appelle le congé proche aidant. Encore trop peu connu des salariés, il a été mis en place afin que ceux-ci puissent suspendre leur activité professionnelle pour aider un proche. Il peut être pris en une ou plusieurs fois, dans la limite de 3 mois, et n’est pas rémunéré. Sur ce sujet, le gouvernement souhaite que ce congé fasse l’objet d’une rémunération, à hauteur de 52 € par jour pour un aidant vivant seul et 43 € pour un aidant vivant en couple. En outre, une réflexion est en cours concernant les cotisations pour la retraite afin de ne pas pénaliser les aidants qui sont à temps partiel ou qui ont un parcours professionnel perturbé du fait de leur situation.

Le plan “Agir pour les aidants” comporte un second volet majeur : l’augmentation du nombre de solutions de répit. 195 plateformes existent déjà et sont essentiellement dédiées aux proches de malades d’Alzheimer. Le but est de les ouvrir à tous les aidants, sans exception. Ces structures et aides ont pour vocation de les informer et surtout de préserver leur santé physique et psychologique. Entre 2020 et 2022, 105 millions d’euros seront consacrés à la création de nouvelles solutions. Parmi les pistes évoquées par Sophie Cluzel, il faut retenir l’idée d’un système de relais à domicile et d’institutions d’accueil ponctuel permettant aux aidants de prendre du temps pour eux. En effet, bon nombre d’entre eux sont en situation de burn out et près de 20 % décèdent prématurément.

Dans l’attente de ces mesures, vous pouvez obtenir des informations et des contacts sur le Portail national d’information pour l’autonomie des personnes âgées et l’accompagnement de leurs proches ou encore sur le site de l’Association française des aidants.

Laissez votre commentaire