Des stérilets dans le viseur de l’ANSM

Des stérilets dans le viseur de l’ANSM

374
0
<<<
>>>

Le mardi 27 juillet, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a publié un avis dans lequel elle recommande aux femmes portant certains modèles de stérilets (Ancora et Novaplus) de les faire retirer. Il s’agit d’une mesure de précaution, sans caractère d’urgence en dehors de signes pouvant faire penser à une expulsion spontanée du dispositif.

Baisse de l’efficacité contraceptive

Fabriqués par l’entreprise espagnole Eurogine, les stérilets Ancora et Novaplus ont cessé d’être commercialisés en novembre 2019. En France, ils ont été posés essentiellement en 2017 et 2018, et jusqu’en mars 2019 pour certaines femmes. Aujourd’hui, après avoir reçu des signalements de la part de plusieurs patientes, l’ANSM estime que ces dispositifs intra-utérins (DIU) sont à l’origine d’un risque d’expulsion spontanée. Un défaut de stabilité qui a pour conséquence de réduire, voire d’annuler l’action contraceptive, conduisant à des grossesses non désirées. Pour cette raison, l’ANSM préconise aux femmes qui ne l’auraient pas déjà fait de se faire retirer leur DIU Ancora ou Novaplus. Cela représente au maximum 40 000 cas.

Que faire si vous êtes concernée ?

Dans son avis, l’ANSM précise que cette recommandation est basée sur le principe de précaution, et qu’il n’y a pas d’urgence absolue, sauf si vous présentez des symptômes qui laissent suspecter une expulsion spontanée. Celle-ci se manifeste généralement par des douleurs abdominales, des saignements en dehors de la période des règles, un fil de traction absent ou plus long que d’habitude, des douleurs pendant les rapports sexuels. En cas d’inquiétude à ce sujet, n’hésitez pas à consulter le professionnel de santé qui assure votre suivi gynécologique (médecin généraliste, sage-femme, gynécologue). Si vous ne rencontrez pas de problème avec votre DIU Ancora ou Novaplus, son retrait peut être programmé lors de votre prochaine consultation.

Les professionnels de santé appelés à la prudence

Du fait d’un risque de casse lors du retrait de ces stérilets, l’ANSM a rappelé aux professionnels de santé les précautions à prendre pour que cela se passe sans encombre. Ainsi, il faut exercer une traction lente et constante sur les fils du DIU, et procéder ensuite à un contrôle visuel pour s’assurer de son intégrité. Au moindre doute, une échographie doit être réalisée, idéalement après les règles qui suivent le retrait.

Quelle alternative pour conserver une contraception ?

Si vous devez vous faire retirer votre DIU et souhaitez rester protégée d’une grossesse non désirée, plusieurs options s’offrent à vous. Tout d’abord, si cette contraception vous convient, vous pouvez demander la pose d’un autre DIU. D’autres méthodes sont disponibles, de la traditionnelle pilule à l’anneau, en passant par l’implant et le patch. Le préservatif féminin et masculin est également un moyen de contraception qui, lorsqu’il est bien utilisé, protège à la fois d’une grossesse non désirée et des infections sexuellement transmissibles (IST).

Pour vous apporter davantage d’informations, nous vous proposons une vidéo complète au sujet des différentes méthodes de contraception hormonale.

Laissez votre commentaire