Diabète : une pilule porteuse d’espoirs

Diabète : une pilule porteuse d’espoirs

259
0
<<<
>>>

Des chercheurs américains travaillent actuellement au développement d’une pilule d’insuline qui permettrait d’améliorer le quotidien des patients atteints de diabète, une pathologie qui concerne près de 425 millions de personnes dans le monde.

Une alternative aux piqûres

Cette « pilule miracle » est un projet mené par une équipe de chercheurs de l’Institut de sciences appliquées de l’université d’Harvard aux Etats-Unis. Elle permettrait aux patients diabétiques d’éviter de s’administrer de l’insuline par voie injectable et de contrôler plusieurs fois par jour le taux de glucose dans leur sang.

Les piqûres d’insuline constituent en effet un geste intrusif, parfois douloureux pour certaines personnes, et peuvent devenir un véritable frein à la prise du traitement. Pourtant, l’insuline est indispensable, notamment en cas de diabète de type 1 dit insulinodépendant, pour éviter l’hyperglycémie.

Plus efficace sur le long terme

Les chercheurs d’Harvard ont choisi de développer cette pilule pour faire face notamment aux problèmes d’absorption de l’insuline par le système gastro-intestinal. Contenant une formule liquide dite ionique, la pilule serait capable de franchir les différents obstacles sur son passage et d’arriver jusqu’au sang sans être détruite ou endommagée.

Deux actifs ont été associés pour stabiliser la formule contenue dans cette pilule : un nutriment appelé choline et de l’acide géranique issu de la cardamone. Ils permettent de protéger l’insuline, même après la dissolution de l’enveloppe, et font en sorte qu’elle atteigne ensuite les muqueuses puis les veines.

Les premiers tests effectués sur des rats ont montré que l’administration de la pilule a pour effet de faire baisser le taux de sucre dans le sang, lui faisant atteindre 62 % de son niveau initial au bout de 2 heures puis 55 % 10 heures après la prise. La remontée de ce taux est ensuite plus lente que celle observée après une injection par piqûre. L’effet serait donc plus durable.

Encore quelques années de patience

Présentée comme une solution moins contraignante aux traitements contre le diabète, cette pilule conserverait son efficacité pendant deux mois à température ambiante et jusqu’à quatre mois en étant conservée au réfrigérateur.

Si la première phase de test a été passée, des tests cliniques sur l’Homme doivent être réalisés afin de confirmer le fonctionnement de cette pilule ainsi que son efficacité. Un processus qui devrait prendre encore plusieurs années avant de parvenir à une mise sur le marché.

Laissez votre commentaire