Don du sang : mobilisons-nous

Don du sang : mobilisons-nous

685
0
<<<
>>>
Crédits photo : Établissement français du sang

Ce dimanche 14 juin 2020 aura lieu la journée mondiale du don du sang. À cette occasion, l’Établissement français du sang (EFS) lance une large campagne de communication afin de relancer les dons : “#Prenez le relais, 1 mois pour tous donner”. L’objectif est de reconstituer les stocks de produits sanguins, qui ont subi une baisse importante ces derniers mois.

Les réserves se vident

Avec les mesures de confinement et la crainte du coronavirus, les dons de sang ont fortement diminué, au point que les réserves sont passées sous le seuil d’alerte. François Toujas, président de l’EFS, a donc lancé un appel à la mobilisation générale. Selon lui, il ne faudrait pas descendre en dessous de 90 000 poches de globules rouges pour pouvoir répondre aux besoins sur l’ensemble du territoire. Or, depuis le 2 juin, les stocks sont passés sous la barre des 85 000 poches. Les manques sont particulièrement importants en Île-de-France et en région PACA, où la collecte est 25 % inférieure à ce qui est réalisé habituellement à cette époque de l’année. Concrètement, cela se traduit par des tensions d’approvisionnement auprès des banques de sang des hôpitaux, qui se voient contraints de reporter les transfusions les moins urgentes afin de répondre aux besoins vitaux.

Ce risque de pénurie est lié notamment au confinement, et à l’arrêt des collectes mobiles au sein des entreprises et des universités, qui représentent 25 à 30 % de l’offre de collecte dans certaines régions. Les collectes qui ont pu être maintenues malgré la crise sanitaire sont, quant à elles, ralenties par les mesures barrière.

Objectif 120 000 poches pour mi-juillet

Aujourd’hui, l’activité hospitalière d’avant le confinement est relancée, en particulier les interventions chirurgicales. Cette reprise nécessite des stocks de produits sanguins suffisants. L’objectif de l’EFS est donc de reconstituer les réserves avant les grandes vacances, qui constituent une période creuse pour les dons. Il faudrait atteindre 120 000 poches à la mi-juillet pour sortir de cette situation préoccupante. Jusqu’au 11 juillet, les médias et les réseaux sociaux relaieront des messages incitant à aller donner son sang et à encourager son entourage à faire de même.

Afin de garantir la sécurité des donneurs et du personnel soignant, toutes les mesures de précautions sont prises pour limiter les risques de propagation du coronavirus dans les centres de collecte et les espaces qui accueillent des collectes mobiles. Le port du masque est obligatoire et un masque pourra être fourni aux personnes qui n’en ont pas. Les gestes barrière sont strictement appliqués. L’EFS permet également aux donneurs de prendre rendez-vous, permettant ainsi de réduire l’attente et d’améliorer la prise en charge tout en respectant la distanciation sociale. Sur le site internet de l’EFS, vous pouvez retrouver une cartographie des points de collecte et choisir le plus proche de chez vous.

Quelles conditions pour donner son sang ?

Le don du sang est un acte citoyen qui demande de remplir certaines conditions :

  • être âgé de 18 à 70 ans ;
  • peser plus de 50 kilos ;
  • être en bonne santé, se sentir en forme ;
  • ne pas être enceinte (il est possible de donner son sang 6 mois après un accouchement, même pour les femmes qui allaitent) ;
  • ne pas s’être fait tatouer (retouches comprises) au cours des 4 mois précédant le don ;
  • ne pas avoir effectué de soins dentaires au cours des 2 semaines précédant le don.

D’autres conditions plus spécifiques, liées par exemple aux voyages ou aux antécédents médicaux, sont abordées le jour du don lors de l’entretien avec le médecin, qui jugera de votre aptitude ou non à donner votre sang.

Certaines situations sont considérées comme des contre-indications au don du sang. Il faut par exemple attendre 2 semaines pour donner après une infection virale (grippe, gastro-entérite…) ou la prise d’antibiotiques. Les maladies virales transmissibles par le sang (syphilis, hépatites virales, VIH) empêchent de donner son sang.

Dans tous les cas, sachez que chaque poche de sang est testée suite aux dons. Si votre sang présente une quelconque anomalie, vous en serez informé par l’EFS et la poche ne sera pas utilisée.

Comment se passe le don du sang ?

À votre arrivée sur le site de collecte, une personne recueille vos informations personnelles. S’il s’agit de votre premier don, une pièce d’identité vous sera demandée. Vous êtes ensuite invité à répondre à un questionnaire complet portant sur votre état de santé, vos antécédents médicaux et familiaux, vos voyages, votre vie sexuelle, la prise éventuelle de médicaments… C’est après cette étape que vous êtes reçu par un médecin de l’EFS. L’entretien permet de s’assurer que le don du sang ne présente aucun danger pour vous ou pour le receveur. En fonction de votre taille et de votre poids, le médecin précise sur la feuille de don la quantité de sang qui doit être prélevée. Vous pouvez ensuite vous installer dans l’espace dédié au prélèvement et laissez faire le personnel soignant. À la fin du don (qui dure entre 8 et 12 minutes en moyenne), une collation vous est offerte pour vous permettre de reprendre des forces et reconstituer vos réserves. Il est essentiel de boire beaucoup dans les heures qui suivent le don du sang et d’éviter tout effort physique intense ou activité vous exposant à une chute. Le don de sang est possible 4 fois par an pour les femmes, 6 fois pour les hommes. À vous de jouer ! Retrouvez toutes les informations sur le site de l’Établissement français du sang.

Laissez votre commentaire