Enfants et ados : 10 fois plus d’obèses qu’il y a 40...

Enfants et ados : 10 fois plus d’obèses qu’il y a 40 ans

536
0
<<<
>>>

Dans le monde, le nombre d’enfants et d’adolescents (âgés de 5 à 19 ans) obèses a été multiplié par 10 au cours des 4 dernières décennies, comme le révèle l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans un communiqué. Un constat inquiétant qui pourrait encore s’aggraver à l’avenir si la tendance actuelle se poursuit. Ainsi, d’ici 2022, le nombre d’enfants et d’ados obèses pourrait être supérieur à celui des enfants souffrant d’insuffisance pondérale.

Obésité : un fléau mondial

Ces résultats sont le fruit d’une étude longue de 40 ans menée par l’Imperial College London et l’OMS, publiée dans la revue The Lancet. Son objectif ? Alerter l’opinion publique, mais aussi les gouvernements et les agents de santé.

Contrairement aux idées reçues, l’obésité n’est pas uniquement le problème des pays à revenu élevé. C’est dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, comme en Asie, que les taux d’obésité chez l’enfant et l’adolescent ont connu la plus forte progression ces dernières années. Un fléau mondial, qu’il faut à tout prix combattre :

« Ces tendances inquiétantes reflètent l’impact de la commercialisation des produits alimentaires et des politiques dans ce domaine à l’échelle mondiale, avec des aliments sains et nutritifs trop chers pour les familles et les communautés défavorisées. La tendance laisse entrevoir une génération d’enfants et d’adolescents grandissant en étant obèses et exposés à un plus grand risque de maladies comme le diabète. » s’inquiète le principal auteur de l’étude, le Professeur Majid Ezzati de l’Ecole de santé publique de l’Imperial College London.

L’OMS encourage les pays à déployer des efforts pour lutter contre les environnements qui aujourd’hui augmentent les risques d’obésité chez les enfants.

Faut-il mettre son enfant au régime ?

À plus petite échelle, chacun peut aussi agir pour protéger les futures générations des dangers de l’obésité. Cela ne passe pas forcément par un régime draconien, mais plutôt par la mise en place progressive de bonnes habitudes :

  • Équilibrer l’alimentation en privilégiant les féculents complets, les protéines, les fruits et les légumes ;
  • Limiter la consommation d’aliments gras ou sucrés (sodas, pâtisseries, bonbons, …). Réserver ses petits plaisirs pour des événements exceptionnels comme un goûter entre copains ou un anniversaire ;
  • Impliquer l’enfant dans la planification et la préparation des repas pour lui donner envie de découvrir de nouvelles saveurs ;
  • Partager les repas dans une atmosphère détendue, à table et sans écrans (télévision, tablette, téléphone, …) ;
  • En cas de fringale dans la journée, proposer une collation saine, comme un fruit ;
  • Réduire le nombre d’heures consacrées aux écrans ;
  • Encourager l’enfant à pratiquer une activité physique.

Que l’enfant souffre ou non d’un problème de poids, il est important que son alimentation lui apporte tous les éléments nutritionnels dont il a besoin. Les restrictions alimentaires trop sévères pourraient perturber sa croissance et compromettre sa santé.

Si vous vous sentez perdu et que votre enfant souffre de surpoids ou d’obésité, nous vous conseillons de consulter un nutritionniste sans tarder.

A lire aussi : De 3 à 11 ans : quelle alimentation pour mon enfant ?

Laissez votre commentaire