Fausses couches à répétition, la qualité du sperme en cause

Fausses couches à répétition, la qualité du sperme en cause

551
0
<<<
>>>

Une recherche, publiée dans la revue Clinical Chemistry, a révélé que le sperme des hommes dont les partenaires avaient fait des fausses couches à répétition présentait des dommages d’ADN.

Un sperme deux fois plus endommagé

Jusqu’à présent, les chercheurs pensaient que les fausses couches à répétition étaient causées par des problèmes de santé, tels qu’une infection ou des problèmes immunitaires chez la mère. La santé du sperme n’était donc jusqu’ici pas analysée.

Pour cette recherche, l’équipe du département de médecine de l’Impérial College London a comparé le sperme de 50 hommes dont les femmes avaient subi plusieurs fausses couches, avec des spermatozoïdes de 60 volontaires masculins dont les partenaires n’avaient rencontré aucun problème durant la grossesse. L’analyse a révélé que l’ADN du sperme des premiers était deux fois plus endommagé que celui des hommes du second groupe.

Des pistes de recherche en cours

Les scientifiques soulignent qu’aucun participant ne présentait d’infection en cours. Certaines bactéries peuvent cependant se nicher dans la prostate, la glande restante infectée, cela peut conduire à un niveau élevé permanent d’espèces réactives d’oxygène (ERO).Ces dernières peuvent être responsables d’une altération de l’ADN. Les volontaires avaient un niveau d’ERO 4 fois plus élevé.
D’autres facteurs potentiels peuvent être le surpoids et l’âge des hommes. En effet, le groupe dont les partenaires avaient fait des fausses couches était légèrement en surpoids et un peu plus âgés (37 ans en moyenne contre 30).

Pour le Dr Chana Jayasena, principale auteure de la recherche, « ces résultats montrent avec une évidence croissante que la santé du sperme a un impact direct sur la grossesse. Par exemple, les recherches précédentes ont montré que le sperme jouait un rôle important pour le placenta qui est crucial pour apporter l’oxygène et les nutriments au fœtus ».

Bien que l’étude ne soit pas de grande envergure, elle nous donne de nouvelles pistes de recherches.  Si de futurs travaux confirment que des niveaux élevés d’espèces oxygène réactives dans le sperme augmentent le risque de fausse couche, les chercheurs pourront essayer de mettre au point de nouveaux traitements permettant de réduire les problèmes liés à la grossesse.

Laissez votre commentaire