Grippe : les pharmaciens de plusieurs régions autorisés à vacciner

Grippe : les pharmaciens de plusieurs régions autorisés à vacciner

776
0
<<<
>>>

A partir du samedi 6 octobre, les pharmaciens de quatre régions françaises pourront administrer aux patients le vaccin contre la grippe. Ce dispositif instauré l’année dernière devrait être étendu à terme à l’ensemble du territoire et permettre d’atteindre une couverture vaccinale plus importante.

Une avancée notable pour les pharmaciens

Depuis le mois d’octobre 2017, les pharmaciens des régions Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine sont autorisés à administrer le vaccin contre la grippe aux personnes à risque et en particulier aux personnes âgées de plus de 65 ans ou au système immunitaire particulièrement fragile. Un an plus tard, cette mesure expérimentale est sur le point de s’étendre à deux nouvelles régions : les Hauts-de-France et l’Occitanie. Autre nouveauté, le vaccin pourra également être fait aux femmes enceintes et aux personnes à qui il est recommandé pour la première fois. L’Ordre des pharmaciens a salué cette avancée très notable et rappelé sa volonté de la voir s’élargir à tous les adultes, sans restriction.

Des conditions de vaccination spécifiques

Pour pouvoir assurer la vaccination contre la grippe à l’officine, les pharmaciens ont tous reçu une formation à la fois théorique et pratique. Certaines conditions doivent impérativement être remplies pour que le vaccin puisse être administré en toute sécurité. Ainsi, un espace réservé, clos et garantissant la confidentialité de l’échange entre le patient et le pharmacien est indispensable. Le pharmacien doit avoir connaissance des antécédents de chaque personne souhaitant se faire vacciner. Après l’injection, les patients doivent rester sous la surveillance du pharmacien durant 15 à 30 minutes afin que ce dernier s’assure de l’absence d’effets secondaires.

Objectif : encourager la vaccination

La vaccination par les pharmaciens est une mesure encouragée par le Ministère de la santé et dont l’objectif est à la fois de simplifier le parcours vaccinal et de faire en sorte qu’un plus grand nombre de personnes soient vaccinées. L’an dernier, 156 479 vaccins avaient été administrés par les pharmaciens, soient quatre fois plus que les objectifs fixés au lancement du dispositif. Le coût entre également en ligne de compte. Ainsi, la vaccination sera gratuite pour les personnes dites à risque comme les plus de 65 ans, les individus atteints de maladie chronique, les femmes enceintes ou l’entourage proche d’un nourrisson de moins de 6 mois. Pour les autres, elle coûtera entre 4 et 6 €.

Actuellement, la couverture vaccinale concernant la grippe est inférieure à 50 % chez les populations les plus vulnérables. Le but est d’atteindre les 75 %, comme c’est le cas dans les pays où tous les professionnels de santé sont autorisés à vacciner les patients. Chaque année, l’épidémie de grippe touche de 2 à 6 millions de personnes. En 2017, elle était à l’origine de 17 000 décès dont 93 % de personnes âgées de plus de 65 ans. Si l’expérimentation se révèle concluante, elle pourrait être généralisée à toute la France à partir de l’hiver 2019-2020, comme cela a été indiqué lors de la révélation du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) le 25 septembre dernier.

Laissez votre commentaire