Intolérance au lactose : les signes qu’il ne faut pas ignorer

Intolérance au lactose : les signes qu’il ne faut pas ignorer

384
0
<<<
>>>

intolerance lactoseVous ressentez des ballonnements ou des douleurs abdominales après avoir bu du lait ? Vous êtes peut-être, sans le savoir, intolérant au lactose, un composant présent dans les produits laitiers. Pour en avoir le cœur net, il suffit d’écouter votre corps lors de la digestion et de repérer les signes qui ne trompent pas. Savoir repérer une telle intolérance permet d’y apporter des réponses pour mieux vivre avec au quotidien.

Pharma GDD vous en dit plus sur l’intolérance au lactose, ses symptômes, ses causes et les solutions disponibles.

Intolérance au lactose : comment l’expliquer ?

Le lactose est le principal sucre du lait. Il se retrouve aussi bien dans le lait que dans les autres produits laitiers (fromages, crème, yaourts, …). Il peut même se cacher dans les charcuteries, les céréales ou encore les viennoiseries.

Pour être bien digéré par l’organisme, le lactose nécessite une enzyme : la lactase. Lorsque cette enzyme est produite en quantité insuffisante, le lactose n’est pas complètement digéré et parvient dans le côlon où il est fermenté par des bactéries. On parle alors d’intolérance au lactose.

Il est rare qu’une telle intolérance soit rencontrée chez des nourrissons, car ils ne souffrent que très peu souvent de déficit en lactase. C’est lors du sevrage maternel, ou de l’arrêt du biberon, que l’activité de la lactase diminue progressivement dans des proportions très variables selon les individus. Chez certains, l’enzyme continuera à assumer son rôle, tandis que, chez d’autres, elle ne sera plus produite en assez grande quantité et provoquera une intolérance.

Les symptômes de l’intolérance au lactose

Le degré d’intolérance est très variable selon les individus. Il dépend de la quantité de lactase produite par l’organisme. Les symptômes peuvent alors être très différents d’une personne à une autre.

Il en existe deux sortes :

  • Les symptômes intestinaux (gaz, sensation de ballonnement, crampes abdominales, diarrhée, nausées, vomissements, …)
  • Les symptômes généraux (maux de tête, fatigue, douleurs musculaires, douleurs articulaires, eczéma …)

Les symptômes apparaissent généralement entre 30 minutes et 2 heures après l’ingestion du lactose. Ils sont progressifs et proportionnels aux quantités ingérées. Selon le degré d’intolérance, il est possible de ressentir l’intégralité de ces signes ou seulement quelques uns.

Les causes de l’intolérance au lactose

Les causes de l’intolérance au lactose ne sont pas les mêmes selon l’âge. On l’a vu, chez l’adolescent ou l’adulte, elle est généralement liée à une déficience en lactase qui se développe avec l’âge. C’est ce que l’on appelle l’intolérance primaire au lactose.

Elle peut aussi être secondaire à une affection de l’intestin grêle (maladie cœliaque, gastro-entérite, maladie de Crohn, …) et n’est alors que temporaire. Elle peut parfois durer plusieurs semaines, le temps que la muqueuse intestinale guérisse.

Chez le nourrisson et l’enfant, un déficit en lactase est tout à fait exceptionnel. En cas de symptômes similaires, il peut s’agir d’une intolérance passagère au lactose, après une gastro-entérite par exemple, ou d’une maladie plus rare : le déficit congénital en lactase.

Comment diagnostiquer l’intolérance au lactose ?

Pour savoir si l’on est ou non concerné par l’intolérance au lactose, le test le plus simple consiste à comparer ses réactions digestives lorsque l’on boit du lait avec et sans lactose. Si en consommant du lait avec lactose vous ressentez des troubles caractéristiques qui disparaissent en présence d’un lait sans lactose, il s’agit certainement d’une intolérance au lactose.

Pour confirmer d’éventuels doutes, vous pouvez également vous rendre en milieu hospitalier pour réaliser un test à l’hydrogène, un test génétique ou un test sanguin.

  • Le test à l’hydrogène mesure la quantité d’hydrogène présente dans l’air expiré pendant 4 heures après l’administration d’une dose de lactose. En cas d’intolérance, le lactose non digéré est fermenté et provoque la libération d’hydrogène dans l’air expiré.
  • Le test génétique permet de détecter l’intolérance au lactose primaire sur la base d’un prélèvement de cellules.
  • Le test sanguin consiste à mesurer le taux de glucose dans le sang d’un patient. En effet, le lactose, lorsqu’il est bien digéré, élève le taux de sucre sanguin (glycémie). Dans le cas d’une mauvaise digestion, le taux n’augmente pas.

Quelles différences avec une allergie au lait ?

L’intolérance au lactose ne doit pas être confondue avec une allergie au lait, car elles ne provoquent pas les mêmes symptômes et leurs causes sont très différentes.

L’allergie concerne les protéines de lait et se retrouve quasiment exclusivement chez les nourrissons. Elle correspond à un dérèglement du système immunitaire. Elle déclenche des réactions parfois spectaculaires, comme des diarrhées et des vomissements, dans les secondes qui suivent l’ingestion de lait ou de produit contenant ces protéines. Dans ce cas, il est impossible pour l’allergique de boire du lait ou de consommer tout autre produit laitier ou produit transformé contenant des protéines de lait, quelle que soit la quantité ingérée.

Faut-il arrêter de boire du lait en cas d’intolérance ?

En cas d’intolérance, il n’est pas toujours nécessaire d’arrêter définitivement sa consommation de lactose. Dans le cas d’intolérance légère, il est tout à fait possible de consommer du lait en fractionnant les quantités et en évitant de le boire à jeun.

En revanche, si les signes apparaissent même pour une quantité minime de lait, il faut penser à trouver des alternatives au lait de vache :

  • Le lait délactosé : comme son nom l’indique, ce lait ne contient pas de lactose. Il limite complètement les désagréments liés à la consommation de lait « traditionnel ».
  • Les boissons végétales, comme celles à base de soja, d’avoine ou encore de riz, sont dépourvues de lactose. Elles constituent donc une alternative de choix au lait animal.

Pour les dérivés du lait, il est conseillé de vérifier systématiquement les étiquettes des produits industriels pour être sûr qu’ils ne contiennent pas de lactose. Il existe dans le commerce de nombreuses options spécialement dédiées aux personnes intolérantes : fromages, biscuits, boissons, …

Complément alimentaire Léro Lactéase

Autre solution très pratique pour les intolérants : prendre des compléments alimentaires de lactase pour pallier le déficit de cette enzyme et améliorer la digestion du lactose. Ces solutions, disponibles en pharmacie, permettent d’améliorer la digestion du lactose et donc d’anticiper les désagréments.

Quel que soit le niveau d’intolérance au lactose, il est possible de trouver des solutions pour mieux-vivre avec sans privation. Il est donc indispensable que chacun puisse déceler rapidement les signes qui alertent, afin de retrouver rapidement un certain confort digestif. Pour faire le plein de calcium sans passer par les produits laitiers, retrouvez notre article : Où trouve-t-on le calcium ?

Laissez votre commentaire