« Jeu de l’olive » : peut-on rire de tout ?

« Jeu de l’olive » : peut-on rire de tout ?

317
0
<<<
>>>

jeu oliveEntre taquinerie et violence, les adolescents semblent jouer à des jeux très dangereux. Mi-janvier, un lycéen de 18 ans a été condamné à 35 heures de travaux d’intérêt général après avoir introduit son doigt dans l’anus d’un camarade. Baptisée « jeu de l’olive », cette pratique serait perçue comme une blague par la plupart des jeunes. Pourtant, aux yeux de la loi, cet acte est considéré comme un viol.

« Jeu de l’olive » : de quoi s’agit-il ?

Le « jeu de l’olive », comme l’appellent les adolescents, consiste à introduire volontairement son doigt dans l’anus d’un camarade à travers ses vêtements, comme le révèle le journal 20 Minutes. Popularisé par le sketch humoristique du Palmashow et les réseaux sociaux, le jeu amuse les ados qui ne semblent pas y voir un acte de violence.

« C’était de la taquinerie » a expliqué l’élève du lycée de Jarny (Meurthe-et-Moselle) jugé pour avoir mis « une olive » à un camarade lors d’un cours d’EPS. « Je ne pensais pas que ça aurait de telles conséquences » a-t-il précisé.

Que dit la loi ?

Pourtant, le code pénal est très clair : « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol ». À ce titre, toute personne pratiquant ce geste encourt « une peine de 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende, hors circonstances aggravantes » a précisé Me Valérie Piau, avocate en droit de l’éducation. En outre, les adolescents encourent des sanctions disciplinaires au sein même de leur établissement scolaire pouvant aller de l’avertissement à l’exclusion définitive.

Pour le lycéen de Meurthe-et-Moselle, l’acte sexuel n’a pas été caractérisé, puisqu’il n’y a pas eu intention de nuire de sa part. Le jeune homme devra tout même réaliser 35 heures de travail d’intérêt général.

La prévention : une arme contre la violence

Face à ce jeu dangereux, que beaucoup semblent considérer comme une blague, il est important que des mesures de prévention soient mises en place dans les établissements scolaires par le biais d’ateliers ou d’interventions. À la suite de cette histoire, de nombreux professeurs ont d’ailleurs exprimé leur volonté de renforcer les mesures préventives auprès des jeunes.

Les parents sont aussi invités à ouvrir le dialogue avec leurs ados, afin d’engager la conversation sur des sujets comme la sexualité, le consentement et le harcèlement. L’occasion de discuter également des autres jeux dangereux qui amusent actuellement les ados comme le Salt and Ice challenge ou le jeu du piment.

Laissez votre commentaire