Jeûne : ami ou ennemi ?

Jeûne : ami ou ennemi ?

348
0
<<<
>>>

Le jeûne est une pratique diététique de plus en plus médiatisée et suivie par de nombreuses personnes. Pourtant, jeûner n’est pas anodin et comporte des pré-requis ainsi que certaines contre-indications qui ne sont pas toujours bien connus. Petit point sur les bienfaits et les limites du jeûne.

Pourquoi jeûner ?

Le jeûne est une pratique ancienne qui a refait surface avec la tendance « detox », souvent présentée à tort comme une manière de perdre du poids. Les objectifs premiers sont pourtant bien éloignés puisqu’il s’agit d’accorder une pause au système digestif, de remettre les compteurs « à zéro » et de gagner en vitalité. Le jeûne est souvent pratiqué aux changements de saisons (de l’hiver au printemps surtout) pour éliminer les toxines accumulées et retrouver de la légèreté.

Il existe aujourd’hui plusieurs formes de jeûne : le jeûne « hydrique », durant lequel il est possible de consommer de l’eau, des jus pressés faits maison ou des bouillons de légumes ; le jeûne sec, sans aliments ni eau ; le jeûne aménagé, généralement sous forme de monodiète (pomme, banane, raisin). Pour les spécialistes, il faut se méfier des approches trop radicales et rester très vigilant lorsque l’on souhaite se lancer dans une période de jeûne.

Quels sont les risques du jeûne ?

Thomas Uhl, naturopathe, déconseille fermement la pratique du jeûne sec en raison de ses conséquences néfastes sur l’organisme. Au début du jeûne, des nausées, des migraines ou des coups de fatigue sont fréquents mais, après trois jours, cela peut se révéler mortel pour les individus les plus fragiles.

Le nutritionniste Jacques Fricker alerte lui aussi sur les effets secondaires d’un jeûne de longue durée : atteinte du système cardiaque, diminution des défenses immunitaires, développement de calculs rénaux et vésiculaires… Chez des personnes ayant des problèmes de santé (diabète) ou des troubles du comportement alimentaire (TCA), le jeûne entraîne un risque de perte de masse musculaire très difficile à retrouver par la suite.

Avant de se lancer dans une période de jeûne, il est indispensable de consulter un médecin afin de s’assurer de l’absence de contre-indications. Les enfants, les adolescents, les femmes enceintes et les personnes âgées de plus de 65 ans ne doivent en aucun cas pratiquer le jeûne, tout comme les personnes trop maigres qui ne disposent pas de réserves graisseuses suffisantes.

Jeûner en toute sécurité

Pour jeûner sans mettre sa santé en danger, il est primordial d’être en bonne condition physique, disponible et rempli d’énergie. Comme pour le sport, il ne faut pas se lancer du jour au lendemain mais s’entraîner en amont en réduisant progressivement les portions et en éliminant jour après jour les différentes catégories d’aliments : protéines animales, produits laitiers, excitants (tabac, café, thé), céréales, etc.

Durant le jeûne, il est important de boire au minimum 3 litres de liquide par jour et de conserver une activité physique pour maintenir la masse musculaire et éliminer correctement les toxines. Dans les jours qui suivent la fin du jeûne, la réalimentation doit être progressive. Si les aliments sont réintroduits trop brusquement, le jeûne perd alors tous ses bienfaits et des complications importantes peuvent apparaître (occlusion intestinale, pancréatite).

Dans tous les cas, le jeûne doit être encadré par un médecin nutritionniste, un diététicien ou un naturopathe. Des centres spécialisés se développent également pour une prise en charge globale, associant suivi médical, soins et activités physiques.

Laissez votre commentaire