La codéine uniquement sur ordonnance à partir de demain

La codéine uniquement sur ordonnance à partir de demain

588
0
<<<
>>>

codeineSuite à de nombreux cas d’abus et d’usage détournés, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a décidé d’inscrire la codéine et d’autres dérivés de l’opium à la liste des médicaments disponibles uniquement sur ordonnance. Jusqu’à présent, ces médicaments pouvaient être délivrés sans prescription médicale, même à des mineurs, s’ils contenaient une quantité de principe actif inférieure à un certain seuil.

Codéine et dérivés de l’opium : trop d’abus

Début juin, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) alertait l’opinion publique et les professionnels de santé sur le détournement régulier de la codéine en drogue récréative chez les jeunes, substance contenue dans des médicaments antidouleur disponibles sans ordonnance. Elle annonçait alors deux décès tragiques dus à ce phénomène depuis le début de l’année.

Deux drames consécutifs qui avaient largement touché les Français : dans un sondage de l’Institut Odoxa, 65 % d’entre eux estimaient que tous les médicaments pouvant être détournés devraient être soumis à ordonnance.

La Commission des stupéfiants et psychotropes de l’ANSM, composée de médecins généralistes, de médecins addictologues, de toxicologues et de pharmaciens spécialistes des addictions, avait, quant à elle, rendu le 29 juin 2017, un avis favorable à la prescription médicale obligatoire (PMO) pour toutes ces spécialités pharmaceutiques.

Une opinion entendue et partagée par la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, qui a affirmé vouloir « mettre un terme à des pratiques addictives dangereuses et potentiellement mortelles ». Elle a notamment cité la fameuse boisson « purple drank » à base de codéine, d’antiallergiques, de Sprite et de colorant violet, que certains jeunes ingèrent à des fins récréatives.

Pour y mettre fin, la ministre a révélé, dans un communiqué, avoir signé un « arrêté à effet immédiat inscrivant tous les médicaments contenant de la codéine, du dextrométhorphane, de l’éthylmorphine ou de la noscapine sur la liste des médicaments disponibles sur ordonnance ».

Dès demain, les patients ne pourront obtenir un médicament à base de codéine ou d’un de ces principes actifs qu’avec une prescription médicale. La vente de ces médicaments sur les sites Internet des pharmacies ne sera alors plus possible.

Laissez votre commentaire