« Le préservatif ça peut te sauver la vie »

« Le préservatif ça peut te sauver la vie »

453
0
<<<
>>>

Le début des vacances estivales, propice aux rencontres, est l’occasion chaque année de rappeler l’importance de se protéger lors d’un rapport sexuel. Cet été, Santé Publique France tient à s’adresser aux jeunes, population à risque, par le biais d’une nouvelle campagne de communication. Grâce à des vidéos ludiques et des posts créatifs postées sur les réseaux sociaux, l’agence de santé publique délivre un message simple, mais efficace : « Un préservatif ça peut te sauver la vie. Gardes-en toujours sur toi. ».

Les moins de 25 ans : une population vulnérable

Cette nouvelle campagne s’inscrit dans un contexte où les jeunes de 15 à 24 ans restent une population particulièrement vulnérable face aux infections sexuellement transmissibles. Santé Publique France, qui s’est appuyé sur les résultats de l’enquête LaboIST, révèle que le nombre de diagnostics d’infection à Chlamydia et à gonocoque en 2016 a été multiplié par 3 par rapport aux estimations de l’année 2012. Les jeunes restent particulièrement touchés par ces IST, qui sont souvent asymptomatiques, mais aux conséquences parfois lourdes.

L’agence de santé estime que cette prévalence élevée chez les moins de 25 ans est la conséquence de deux facteurs : d’une part, un nombre de partenaires plus important que leurs aînés et d’autre part une utilisation non systématique du préservatif.

Une campagne digitale pour parler aux jeunes

Pour sensibiliser les jeunes et les encourager à utiliser un préservatif lors de rapports sexuels, Santé Publique France a opté pour une stratégie judicieuse : se rapprocher au plus près de leur univers et adopter leurs codes. Et pour cela, quoi de mieux qu’une campagne digitale et divertissante utilisant massivement les réseaux sociaux ?

Ainsi, toute la campagne repose sur le concept du « life hacking », c’est-à-dire des astuces du quotidien très répandues sur Internet et partagées en masse par les moins de 25 ans. Elle met en scène de manière ludique le préservatif en démontrant ses qualités, mais dans d’autres circonstances que le rapport sexuel : allumer un feu, faire bouillir de l’eau, protéger un Smartphone, … L’idée ? Retenir l’attention, rendre le message viral et surtout démontrer que le préservatif est un accessoire indispensable du quotidien.

La campagne, du 18 juillet au 17 août, se décline sous forme de vidéos et de posts créatifs relayés sur les réseaux sociaux. Elle renvoie vers le site onsexprime.fr, un site dédié à la sexualité des jeunes.

Le dépistage : pensez-y !

Comme le laisse entendre cette nouvelle campagne de communication, le préservatif est le moyen le plus efficace pour lutter contre les IST. Néanmoins, Santé Publique France rappelle dans son communiqué que la lutte contre les IST passe aussi par le dépistage. Il s’agit de l’unique moyen d’établir un diagnostic, car les IST sont très souvent silencieuses.

Simple et sans douleur, le dépistage s’effectue par prélèvement local chez les femmes, par prélèvement local ou analyse d’urines chez les hommes. Il est réalisé en laboratoire sur simple demande auprès d’un médecin traitant, gynécologue ou dermatologue-vénérologue. Il est même parfois gratuit lorsqu’il est effectué dans un Centre Gratuit d’information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGGID) ou un centre de planification ou d’éducation familiale.

En cas de résultat positif, le dépistage permet de prescrire un traitement adapté au patient ainsi qu’à ses partenaires.

Laissez votre commentaire