Lentilles de contact : une infection en recrudescence

Lentilles de contact : une infection en recrudescence

289
0
<<<
>>>

Une étude publiée le 21 septembre dans le British Journal of Ophtalmology révèle que les cas de kératite à Acanthomoeba, une infection oculaire rare, sont en recrudescence au Royaume-Uni.

Des cas de plus en plus nombreux

Cette étude a été menée par une équipe de chercheurs de l’University College of London (UCL) d’après des données récoltées auprès du Moorfields Eye Hospital, un centre hospitalier d’ophtalmologie qui traite 30 % des infections oculaires de Grande-Bretagne. Ces données concernaient une large période allant de 1985 à 2016. Elles ont notamment révélé que le nombre de cas annuels de kératite à Acanthomoeba se situait entre 8 et 10 entre 2000 et 2003. Ces dernières années, la situation est loin de s’être améliorée puisque l’on compte entre 36 et 65 cas par an.

L’une des pires infections oculaires

La kératite à Acanthomoeba constitue, selon le docteur John Dart, ophtalmologiste et principal auteur de l’étude, l’une des pires infections oculaires existantes. Elle est due à la contamination par un parasite protozoaire (constitué d’une seule cellule) qui prolifère habituellement dans l’eau et la terre. La présence de ce micro-organisme sur la cornée entraîne une inflammation et des douleurs parfois insupportables. Cela est loin d’être anodin puisque l’infection peut se compliquer et, dans les formes les plus graves, provoquer une perte de près de 75 % des capacités visuelles, allant dans certains cas jusqu’à la cécité.

Plusieurs causes ont été identifiées par les chercheurs anglais. L’infection peut ainsi être due à une solution pour lentilles de contact inefficace contre les bactéries et les parasites mais peut aussi apparaître après que le porteur se soit lavé le visage sans retirer ses lentilles, qui ont alors été contaminées par l’eau courante. Le risque de développer l’infection est accru lorsque les conditions d’hygiène de base ne sont pas respectées, en particulier en cas de lentilles réutilisables.

Un parasite très résistant

Le parasite responsable de cette infection de la cornée est extrêmement résistant à de nombreux traitement médicamenteux. Selon le docteur Franck Larkin, maître de conférences à l’institut d’ophtalmologie de l’UCL, « les traitements actuels ne sont pas assez bons, ce qui est la principale raison pour laquelle les traitements de certains patients prennent beaucoup de temps ». Ainsi, 70 % des patients traités pour une kératite à Acanthomoeba sont soignés dans les douze mois qui suivent le diagnostic mais pour les 30 % restants la guérison demande plus d’un an. Pour un quart d’entre eux, une greffe de cornée est nécessaire pour combler les trous dus aux ulcères provoqués par l’infection et restaurer la vision.

Le docteur Dart explique que pour éviter d’être atteint par cette infection potentiellement grave il est préférable de se tourner vers des lentilles de contact jetables ou, à défaut, de redoubler de prudence vis-à-vis de l’hygiène des lentilles et de leur contenant.

Rappel des règles d’hygiène

Dans un premier temps, il est recommandé de se laver soigneusement les mains avant tout contact avec les lentilles pour éviter le transfert de micro-organismes. Il faut ensuite respecter la durée d’utilisation des lentilles (1 jour pour les journalières, 1 mois pour les mensuelles) ainsi que celle des produits utilisés pour leur entretien. N’utilisez jamais de produit périmé, dont l’odeur et/ou l’aspect ont changé ou qui ne vous a pas été conseillé ou prescrit par votre ophtalmologiste. Enfin, pensez à changer d’étui à lentilles tous les trois mois environ.

Laissez votre commentaire