Les 5 résolutions à éviter !

Les 5 résolutions à éviter !

389
0
<<<
>>>

La nouvelle année est là. Si vous avez décidé que 2019 serait votre année, assurez-vous d’abord que ces résolutions ne sont pas dans votre liste. A cette période de l’année, on se met en tête des challenges avec certains objectifs trop vagues, difficiles à atteindre et finalement démotivant, ou d’autres basés sur de mauvaises informations. Si vous souhaitez améliorer votre état de santé, voici les souhaits à proscrire, ou à améliorer. Pharma GDD vous liste ces résolutions à éviter.

Perdre beaucoup de poids

Perdre du poids rapidement avec un régime à la mode peut vous rendre heureux à court terme, mais attention au retour de bâton lorsque le poids trop vite perdu reviendra en hurlant, c’est ce que l’on appelle « effet yo-yo ». La restriction favorise la perte de poids rapide, mais en réalité cela résulte généralement de changements de mode de vie spectaculaires que vous ne pourrez pas maintenir. Ces types de régimes ont tendance à supprimer ou ne privilégier que certains groupes alimentaires comme les fruits, viandes maigres ou légumes verts, par exemple. Cependant, votre corps a besoin d’une alimentation variée afin d’obtenir les nutriments dont il a besoin. De plus diversifier l’alimentation aide à prévenir l’ennui, qui peut parfois entraîner des fringales et éventuellement une suralimentation. Vous constaterez qu’il est plus facile de maintenir la perte de poids avec un régime alimentaire bien équilibré. Il est donc essentiel de se concentrer davantage sur les habitudes qui mèneront aux résultats souhaités et de ne plus penser qu’à la perte de poids. Fixez-vous des objectifs concrets, comme manger plus sainement, ou vous remettre au sport. La perte de poids suivra naturellement. De cette façon, vous serez plus motivé à continuer sur le long terme.

Arrêter le gluten

L’élimination du gluten est peut-être à la mode, mais la suppression des protéines de blé de votre alimentation n’a de sens que pour certaines personnes. L’absence de gluten n’est pas forcément associée à une meilleure santé. À moins d’avoir une allergie ou une sensibilité au gluten, il n’y a aucune raison d’y renoncer. Certaines personnes adoptent le régime sans gluten de leur propre initiative, sans être suivies par un spécialiste. Faute de solides connaissances en nutrition, elles peuvent finir par avoir un régime déséquilibré. Sans qu’il y ait forcément de carences graves, il peut y avoir des déficits d’apports. L’idée selon laquelle le gluten ferait grossir est un mythe. Aussi, le régime sans gluten ne permet pas de perdre du poids. Les féculents contenant du gluten par exemple sont moins caloriques que les graisses (4 Kcal/100 g contre 9 kcal/100g), contrairement à ce que l’on peut croire le pain ne fait pas grossir. C’est plutôt ce qu’on met de dessus (charcuterie trop grasse, fromage très calorique, mayonnaise) qui peut faire prendre du poids.

Le pain, au cours d’un repas, a plutôt un effet coupe-faim (grâce au gluten et aux fibres) et contribue à faire consommer moins de lipides. Les études scientifiques montrent d’ailleurs que les mangeurs de pain ont un poids moindre que ceux qui s’en privent.  Si vous n’êtes pas satisfait de votre alimentation, essayez d’identifier le vrai problème en remplissant un journal alimentaire durant une semaine par exemple. Evaluez ensuite votre apport global en protéines, en gras, en glucides, en fibres et en calories. Afin de comprendre où peut se situer l’excès. Consulter un nutritionniste peut également vous aider à équilibrer votre assiette.

Abandonner le sucre

Le sucre naturel est présent dans des aliments sains comme les fruits, les légumes et les produits laitiers. Il est donc quasiment impossible de l’éliminer complètement de l’alimentation, tout en restant en bonne santé. Mettez plutôt l’accent sur la chasse aux sucres ajoutés, comme ceux que l’on trouve dans les aliments transformés ou les sodas. L’American Heart Association recommande aux femmes de limiter leur apport quotidien en sucres ajoutés à 100 calories ou moins (environ 6 cuillères à café), les hommes eux devraient consommer un maximum de 150 calories par jour (environ 9 cuillères à café).  C’est finalement sur ce besoin de modération que tout le monde est quasiment d’accord. L’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) recommande de limiter la consommation de sucre mais de garder conserver sa gourmandise. Ariane Grumbach, diététicienne souligne que “le problème, ce n’est pas le sucre en soi, mais la quantité, et l’alimentation industrielle“. Cela dit, “Il n’y a pas de raison d’arrêter définitivement et de diaboliser le sucre, la gourmandise, les gâteaux“. Pour la diététicienne, c’est l’excès qui nécessite une remise en cause.

Bannir les glucides

Les glucides n’ont pas une très bonne réputation, cependant ils ne sont pas tous mauvais pour la santé. De glucides simples comme ceux de la farine raffinée, du pain, des sucreries et des pâtes augmentent la glycémie, l’inflammation, et la prise de poids. Les glucides complexes, présents dans les céréales, les légumes, les fruits et les légumineuses apportent des fibres et améliorent la santé intestinale. Les experts recommandent que les glucides comptent pour 45 à 65 % de l’apport calorique. Lorsque la consommation de glucides tombe sous ce pourcentage, l’organisme réagit en brûlant le tissu musculaire pour en tirer le glycogène (glucose stocké). Quand les réserves de glycogène sont épuisées, il s’attaque alors au tissu adipeux. Le corps humain n’y a  recours qu’en cas d’absolue nécessité (lorsqu’il est affamé, par exemple), et ce, pour une très bonne raison: la transformation du tissu adipeux en glucose entraîne la production de cétones, sous-produits qui causent fatigue, étourdissements, maux de tête et nausées. De plus, sans glucides, on a du mal à se concentrer. Selon l’Institut de Médecine de la National Academy of Sciences, le cerveau humain a besoin d’au moins 130 g de glucides par jour pour fonctionner de façon optimale.

Faire de l’exercice tous les jours

Il est excellent de vouloir donner la priorité à la forme physique. Mais passer de la sédentarité à une activité intense et quotidienne est dangereux surtout lorsque votre corps n’est pas habitué. Si votre objectif est trop exigeant, vous risquez de vous démotiver très vite. Pour ce faire, fixez-vous des buts raisonnables et surtout réalisables. Vous avez plus de chances d’atteindre un objectif s’il est spécifique. Inscrivez-vous à un cours de gym, donnez-vous comme but de courir 5 km au bout de 6 mois d’entrainement ou faites 2 séances de 45 min de piscine par semaine. Également prévoyez des jours de repos et de récupération, et si vous avez l’impression de ne pas y arriver seul(e), n’hésitez pas à demander de l’aide à un professionnel ou profitez de ce moment sportif pour passer du temps avec un ami ou un proche.

 

Comme le disait si bien François de La Rochefoucauld « Il faut tenir à une résolution parce qu’elle est bonne, et non parce qu’on l’a prise.». Alors en 2019, aimez-vous, prenez soin de vous et n’oubliez pas « faire plaisir à ses proches c’est bien, mais à soi c’est mieux ! »

Laissez votre commentaire