Les hommes sont-ils des mauviettes ?

Les hommes sont-ils des mauviettes ?

450
0
<<<
>>>

Les hommes sont-ils des mauviettes ou simplement moins immunocompétents ? C’est la question que s’est posée le Dr Kyle Sue.

Nous l’avons tous déjà vu, il n’est pas rare qu’un homme souffrant d’un simple rhume se plaint d’être à l’article de la mort. Mais jusqu’à présent, aucune étude scientifique ne s’était réellement intéressée à ce paradoxe.

Le Dr Kyle Sue, de l’Université Memorial de Terre Neuve (Canada), vient d’apporter une réponse à cette question. Son étude, publiée dans le British Medical Journal, vient défendre les hommes qui souffrent fortement lors d’un simple rhume.

Reprenant toutes les études touchant au sujet, le Dr Sue a d’abord recoupé celles effectuées sur les souris infectées par la grippe et a pu observer une réponse immunitaire plus élevée chez les sujets femelles que chez les sujets mâles. Selon ces études, cette meilleure réponse immunologique serait due à la présence d’œstrogènes.

Il s’est ensuite intéressé à une étude effectuée sur des cellules mononucléées de 63 personnes en bonne santé regroupées selon l’âge et le sexe. En présence du rhinovirus, les cellules ayant une réponse immunitaire plus forte sont celles des femmes n’ayant pas eu leur ménopause. Par contre, celles des femmes ménopausées ne laissaient apparaitre aucune différence par rapport aux cellules venant des hommes. Ce qui suggère à nouveau que les hormones sexuelles peuvent être en partie responsables.

De plus, les données épidémiologiques réalisées à Hong-Kong et aux Etats-Unis montrent que les hommes étaient plus nombreux que les femmes à être hospitalisés lors d’une grippe, et ils présentaient des taux de décès plus élevés que ceux des femmes. D’autre part, des études sur la vaccination antigrippale tendent à montrer que les femmes sont plus sensibles à la vaccination que les hommes. D’ailleurs, les hommes avec un niveau de testostérone plus élevé avaient une plus faible réaction à la vaccination ce qui suggèrerait un rôle immunosuppresseur de la testostérone.

Pour le Dr Sue, le recoupement de ces études montre que les hommes sont plus sensibles aux virus comme le rhume ou la grippe et qu’ils n’exagèrent en rien leurs symptômes. Il conclut donc en proposant de « mettre en place des espaces accueillants pour les hommes souffrants, équipés d’énormes téléviseurs et de fauteuils inclinables, où ils pourraient se remettre des symptômes débilitants de ces virus ».

 

Laissez votre commentaire