Les médecins le laissent mourir à cause de son tatouage

Les médecins le laissent mourir à cause de son tatouage

291
0
<<<
>>>
Photographie du tatouage “Ne pas Réanimer” du patient. Source : New England Journal of Medecine

Aux États-Unis, en Floride, des médecins ont choisi de ne pas sauver un homme de 70 ans arrivé inconscient à l’hôpital. La cause ? Ce dernier présentait un tatouage « Ne Pas Réanimer » sur le torse suivi de sa signature. Un cas très sérieux rapporté par la revue médicale New England Journal of Medecine et raconté par les praticiens du Jackson Memorial Hospital de Miami.

L’hôpital a fait appel à un service d’éthique

Aux Etats-Unis, l’ordre de « ne pas réanimer » est placé dans le dossier médical des personnes. Problème, le patient dont il est question est arrivé inconscient et sans papier à l’hôpital. Il était donc impossible pour les médecins de connaître sa volonté. Seul signe distinctif pouvant les aider : un tatouage « Ne Pas Réanimer » sur son torse, accompagné de sa signature (masquée sur la photo transmise par l’hôpital).

Si le message peut paraître clair, il a posé un véritable cas de conscience à l’hôpital. « Son tatouage a apporté plus de confusion que de clarté » précisent les médecins. Car comment pouvaient-ils être certains que ce tatouage ne représentait pas « des souvenirs » ou une « décision regrettable, prise quand la personne était sous l’influence de l’alcool » ?

Dans l’incertitude, les médecins ont d’abord pris la décision de ne pas respecter le tatouage, ne souhaitant pas « s’engager dans une voie irréversible ». Mais face aux efforts du patient pour transmettre sa volonté, l’hôpital a pris la décision de faire appel à un service d’éthique, qui a conseillé aux praticiens de prendre en considération ce message. L’homme est finalement décédé à l’hôpital.

Une décision en accord avec l’ordre du patient

Par la suite, l’hôpital a pu identifier le patient et donc retrouver son dossier médical. La demande « ne pas réanimer » y était bien inscrite, ce qui a convaincu les médecins qu’ils avaient pris la bonne décision.

Laissez votre commentaire