Les sœurs siamoises Erin et Abby séparées avec succès

Les sœurs siamoises Erin et Abby séparées avec succès

494
0
<<<
>>>
@CHILDREN’S HOSPITAL OF PHILADELPHIA

Il y a 1 an et demi, la vie de Erin et Abby Delaney allait changer à tout jamais. Les deux petites filles étaient nées siamoises, reliées par la tête. Une année après l’opération les fillettes et leurs parents ont repris le cours d’une vie normale.

Le plus rare cas de jumeaux siamois

Les siamois représentent 1 naissance sur 100 000 dans le monde. Nées siamoises, Erin et Abby étaient encore il y a quelques mois craniopages, cela signifie qu’elles étaient jointes au niveau de la tête. Il s’agit d’un des plus rare cas d’anomalies congénitales représentant 6 naissances sur 10 millions des jumeaux siamois. Ces jumeaux homozygotes sont génétiquement identiques et partagent donc toujours le même sexe. L’union chez les jumeaux craniopages peut se produire sur n’importe quelle partie du crâne, à l’exception du visage et du foramen magnum (os participant à la formation du crâne humain et situé à l’arrière de la tête). 25% des jumeaux craniopages survivent et peuvent faire l’objet d’une séparation chirurgicale.

Une opération complexe

Pour cette opération à risque, les médecins de l’hôpital pédiatrique de Philadelphie se sont longuement préparés. Au cours d’une unique intervention de 11 heures, une trentaine de médecins, chirurgiens et infirmières ont été mobilisés. Il s’agissait d’une première pour l’hôpital qui avait pourtant déjà séparé 23 paires de siamois. « Pendant l’opération, la première équipe a méticuleusement séparé les vaisseaux sanguins et la dure-mère (feuillet de méninges qui recouvre la paroi interne du crâne). Cette membrane résistante enveloppait le cerveau des deux enfants, rapporte le Dr Gregory Heuer, neurochirurgien des fillettes. Nous avons ensuite divisé le sinus sagittal (un sinus veineux), soit la partie la plus difficile de l’opération ». Les sœurs avaient en commun le gros vaisseau qui permet le transport de sang du cerveau vers le cœur. Avant l’opération, les médecins avaient déjà commencé à séparer leur cerveau millimètre par millimètre, grâce à de nouvelles technologies médicales complexes. L’issue de l’opération fût un succès.  Erin et Abby ont ensuite été prises en charge dans l’unité pédiatrique de soins intensifs. Durant les mois qui ont suivi l’intervention, leur développement neurologique a été surveillé de près. Elles ont bénéficié également deux autres opérations de chirurgie reconstructrice.

Erin et Abby grandissent bien

Après cette chirurgie complexe, elles auront besoin d’un implant synthétique à l’âge de quatre ou cinq ans pour couvrir les ouvertures du crâne qu’a exigé la chirurgie de séparation. En attendant, elles se rétablissent et grandissent bien. Les jumelles qui avaient 10 mois lors de l’opération sont aujourd’hui âgées de deux ans et demi, et pour l’heure “Erin rampe partout et profite de sa liberté retrouvée et sa sœur Abby commence à s’asseoir toute seule. » raconte les parents heureux et soulagés.

Laissez votre commentaire