L’inquiétant retour du scorbut

L’inquiétant retour du scorbut

315
0
<<<
>>>

Le site américain ScienceAlert a publié le 14 août dernier un article traitant de la recrudescence du scorbut dans les pays développés. Cette maladie due à une carence en vitamine C a connu un pic au 18e siècle avant de progressivement disparaître au cours du 19e siècle. Aujourd’hui, elle resurgit de manière inquiétante chez des individus malnutris.

Les origines du scorbut

Le scorbut était autrefois surnommé la « maladie des marins » car, lorsque ceux-ci partaient en mer durant plusieurs mois, ils n’avaient pas accès aux fruits et aux légumes frais sources de vitamine C. Or, la vitamine C est un élément indispensable au bon fonctionnement de l’organisme, au développement des défenses immunitaires et à la protection des vaisseaux sanguins. Le scorbut ne peut pas être éradiqué complètement car il n’est pas provoqué par une bactérie ou un virus : c’est la qualité de l’alimentation qui est en cause.

Aujourd’hui, le scorbut touche à la fois les personnes vivant dans des milieux défavorisés, avec un budget alimentaire limité qui ne leur permet pas d’avoir accès aux fruits et légumes et les personnes qui font le choix de ne pas consommer de fruits et légumes même s’ils en ont les moyens. Les aliments transformés, les plats préparés ou encore le fast-food entraînent un apport en vitamine C réduit et donc un risque plus élevé de scorbut.

Quels sont les symptômes ?

Trois mois de carence en vitamine C suffisent pour voir apparaître les symptômes du scorbut : saignements des gencives, déchaussement des dents, cheveux clairsemés, fatigue extrême, amaigrissement, œdèmes des membres supérieurs et inférieurs. Une carence très importante a pour conséquence de fragiliser les vaisseaux sanguins, ce qui entraîne des saignements multiples et, dans les cas les plus graves, une hémorragie massive pouvant entraîner la mort.

Le scorbut dans le monde

Depuis plusieurs années, les cas de scorbut tendent à augmenter. En 2016, des chercheurs australiens ont constaté une incidence importante du scorbut chez des patients diabétiques qui mangeaient peu de fruits et faisaient trop cuire leurs légumes, entraînant une destruction de la vitamine C. Aux Etats-Unis, le premier cas de scorbut a été identifié il y a 5 ou 6 ans. Il s’agissait d’un homme ne se nourrissant que de pain et de fromage. Depuis, entre 20 et 30 nouveaux cas se sont présentés.

En 2015, des chercheurs du CHU de Limoges ont identifié 10 cas de scorbut parmi un échantillon de 63 patients carencés en vitamine C. En France, près de 3 % des femmes et 7 % des hommes sont susceptibles d’être touchés par la maladie. Le Docteur Pierre Francès, médecin généraliste à Banyules-sur-Mer (Pyrénées Orientales), a mené une étude pendant 2 ans sur cette recrudescence au sein des populations urbaines et en a conclu que le scorbut est devenu « une pathologie terrestre liée à l’exclusion ».

Pour s’en prémunir, il est indispensable d’adopter une alimentation saine, variée et équilibrée. Si besoin, il est possible de faire appel à des diététiciens ou des nutritionnistes. En cas de carence en vitamine C, la supplémentation est primordiale et permet d’empêcher l’apparition du scorbut mais également de le soigner si les mesures n’ont pas suffit.

Laissez votre commentaire