Mal des montagnes : comment me soigner ?

Mal des montagnes : comment me soigner ?

233
0
<<<
>>>

mal des montagnesAvec l’altitude, la quantité d’oxygène disponible diminue. L’organisme va donc redoubler d’énergie pour arriver à compenser ce manque. Lorsque l’ascension est trop rapide, le corps n’a pas le temps de se préparer au changement : le voyageur va donc développer un ensemble de symptômes, plus généralement connus sous le terme de “mal aigu des montagnes”. Ce mal toucherait 15 % des personnes à 2 000 mètres d’altitude et 60 % à 4 000 mètres !

Les symptômes

Généralement, le mal des montagnes est sans gravité. Il se manifeste par un mal de tête persistant, une perte d’appétit, des nausées et vomissements, des vertiges, une grande fatigue, une dyspnée (essoufflement) ou encore des insomnies. Mais tout le monde n’est pas égal face à ce mal. Dans de rares cas, les conséquences sont plus graves : un œdème cérébral ou pulmonaire de haute altitude est, en effet, possible.

Les gestes préventifs

La prévention du mal des montagnes s’effectue par l’acclimatation progressive à l’altitude. Pour éviter d’en souffrir, ne progressez pas trop rapidement et faites régulièrement des pauses. Il est également recommandé de s’hydrater, de s’alimenter sans excès, de ne pas fumer, et de ne pas boire d’alcool.

Comment agir ?

Avant toute ascension en haute altitude, la consultation d’un médecin est recommandée. Celui-ci pourra vous prescrire des médicaments symptomatiques pour les maux de tête, comme de l’aspirine ou du paracétamol. Ce professionnel sera également en mesure de vous prescrire des médicaments préventifs et curatifs qui facilitent l’acclimatation des premiers jours en augmentant la réponse ventilatoire à l’hypoxie (manque d’oxygène dans le sang).

Vous pouvez aussi vous munir de remèdes homéopathiques. Leur absorption sous la langue les rend faciles à prendre quelles que soient les circonstances. Le gingembre et la feuille de coca sont largement utilisés pour prévenir le mal des montagnes, c’est pourquoi on les retrouve généralement dans ces solutions.

Néanmoins, lorsque le mal apparaît, arrêter l’ascension (voire redescendre en altitude) reste le meilleur des traitements.

Laissez votre commentaire