Maladie cœliaque : qu’est-ce que c’est ?

Maladie cœliaque : qu’est-ce que c’est ?

1358
0
<<<
>>>

maladie coeliaque

Le gluten est une protéine que l’on trouve dans certaines céréales comme le blé, le seigle, l’orge et l’avoine. L’intolérance au gluten ou maladie cœliaque provoque des troubles digestifs et des lésions à l’intestin grêle. Elle entraîne aussi une mauvaise assimilation du calcium, fer et vitamine B, ce qui mène à des carences. C’est une maladie assez courante qui toucherait plus de 150 000 Français.  Cependant 10 à 20% des personnes souffrants réellement d’une intolérance au gluten sont dépistées. C’est pourquoi face à certains symptômes il est important de consulter son médecin généraliste. Pharma GDD vous explique comment cette intolérance peut être diagnostiquée.

Symptômes

La maladie cœliaque est difficile à déceler. Certaines personnes présentent plusieurs symptômes, tandis que d’autres n’en présentent qu’un. L’intensité des manifestations peut, elle aussi, varier d’un patient à un autre.

Certains signes sont faciles à identifier, mais ne concernent que peu de malades :

  • Des diarrhées quotidiennes durant plusieurs semaines
  • Vomissements
  • Un amaigrissement pouvant atteindre 10 % du poids initial de la personne
  • Douleurs au ventre
  • Perte d’appétit
  • Pâleur
  • Arrêt de la croissance chez l’enfant

D’autres sont plus difficiles à repérer, alors qu’ils sont présents chez de nombreux patients :

  • Une grande fatigue, un essoufflement et une perte de cheveux pouvant être le signe d’une anémie
  • Des règles irrégulières
  • Une alternance de diarrhée et de constipation
  • Des ballonnements
  • Des aphtes
  • Des douleurs articulaires inexpliquées
  • Une dermatite herpétiforme (petites cloques rouges sur la peau souvent localisées sur les coudes ou les genoux)

Lorsqu’elle apparaît dans la petite enfance, la maladie provoque généralement une diarrhée chronique, un état de grande fatigue, des ballonnements et/ou un ralentissement de la croissance en poids et en taille.

Diagnostic

Si vous présentez un ou plusieurs de ces symptômes, mieux vaut consulter.

La maladie cœliaque, appelée intolérance au gluten ne doit pas être confondue avec l’allergie au gluten. Le premier cas peut passer inaperçu  ou apparaître de manière progressive et s’installer dans la durée quand au second cas il provoque des symptômes d’allergie alimentaire immédiatement après la consommation de gluten.

Le seul traitement de la maladie cœliaque consiste à suivre un régime sans gluten à vie car il n’existe actuellement aucun traitement médicamenteux.

Les personnes qui pensent être intolérantes ne doivent pas supprimer la protéine de leur alimentation avant d’avoir réalisé les examens indispensables au diagnostic. Ces derniers reposent sur des analyses sanguines et si besoin une biopsie de l’intestin grêle.

Dans un premier temps, plusieurs types d’anticorps sont recherchés : des anticorps anti-transglutaminase (anti-tTG-IgA) et/ou anti-endomysium (EMA). S’ils sont absents, l’intolérance au gluten est peu probable. À l’inverse, la présence de ces anticorps renforce l’hypothèse d’une maladie cœliaque. Le diagnostic est souvent confirmé grâce à une biopsie de l’intestin grêle qui doit être effectuée avant toute mise au régime. L’examen consiste à prélever des fragments de tissu sur la partie de l’intestin grêle la plus proche de l’estomac et dont les résultats permettent de déceler ou non des lésions.

Traitement

L’intolérance au gluten peut entraîner des complications comme le syndrome de l’intestin irritable ou une cirrhose. L’intolérance au gluten est permanente. Dès qu’elle est diagnostiquée, il convient de suivre un régime sans gluten. Une diététicienne peut vous aider à élaborer vos recettes sans gluten. Il faut éviter au maximum tous les produits qui contiennent des céréales de blé, seigle, orge, avoine, froment à savoir les pâtes, le pain, certains yaourts, et également se méfier des plats préparés ou de certains médicaments qui contiennent parfois du gluten comme additif.
En grandes surfaces et magasins spécialisés, de plus en plus de produits sont étiquetés sans gluten. Il n’existe pas aujourd’hui d’obligation légale à mentionner l’apport en gluten sur les aliments. Certains industriels indiquent cependant l’absence de gluten dans leur produit en apposant un logo, à savoir un “ épi de blé barré dans un cercle ” qui signifie que le produit sur lequel il est apposé est exempt de gluten.

Il est toutefois nécessaire de décoder toutes les appellations sous lesquelles le gluten peut se cacher : “ matières amylacées ”, “ amidons modifiés ”, “ protéines végétales ”, “ liants protéiniques végétaux ”, etc. Le gluten est utilisé comme liant. C’est pourquoi ces ingrédients entrent dans la composition de nombreux aliments transformés : les conserves de viandes, les yaourts 0%, le poisson pané, certaines sauces soja et bouillons de légumes.

Les aliments à éviter sont donc :

  • Le blé : amidon de blé, boulgour, chapelure, farine blanche, farine de froment, germe de blé, pâtes, gâteaux, pain, semoule, pizza, quiche…
  • L’avoine.
  • L’orge : bière.
  • L’épeautre.
  • Le seigle.

Les aliments de substitution sont :

  • Le riz.
  • Le maïs.
  • Les pommes de terre et la fécule de pomme de terre.
  • Le soja : tofu.
  • Le sarrazin.
  • Le quinoa.
  • Le millet.
  • Le sorgho.

 Généralement, les symptômes disparaissent rapidement. S’il n’y a pas d’amélioration, c’est souvent qu’il reste des traces de gluten dans l’assiette. Seule solution : être très vigilant et consulter le site de l’Association des intolérants au gluten http://www.afdiag.fr/ afin de tout comprendre sur la maladie. Ce site regorge d’idées de recettes et de bons conseils pour apprendre à manger sans gluten.

Laissez votre commentaire