Maladies rénales : faites-vous dépister gratuitement !

Maladies rénales : faites-vous dépister gratuitement !

538
2
<<<
>>>

En France, 1 personne sur 10 est concernée par les maladies rénales. Dans de nombreux cas, les patients n’apprennent qu’au dernier moment l’existence de cette maladie ce qui rend la prise en charge plus compliquée. Pourtant, une simple analyse sanguine ou des urines suffit à poser un diagnostic précoce.

À l’occasion de la Semaine Nationale du Rein, du 3 au 10 mars 2018, l’association France Rein met en place partout en France des dépistages gratuits et des lieux d’information pour sensibiliser le grand public aux maladies rénales et prendre en charge rapidement les personnes atteintes.

Un diagnostic précoce pour une meilleure prise en charge

Les maladies rénales sont dites « silencieuses » car elles ne se manifestent par aucun symptôme perceptible. C’est pourquoi, elles sont généralement diagnostiquées à un stade très avancé, lorsqu’un traitement d’urgence est nécessaire (traitement de suppléance, greffe ou dialyse).

Un dépistage précoce permet une prise en charge appropriée qui ralentira, voire stoppera, l’évolution vers une insuffisance rénale « terminale » (lorsque les reins ne fonctionnent plus du tout).

La Semaine Nationale du Rein est l’occasion de se faire diagnostiquer de façon totalement gratuite, anonyme et près de chez soi. Les dépistages ont pour vocation d’orienter de nombreuses personnes vers leur médecin traitant pour des examens complémentaires ou vers un néphrologue dans 10 % des cas.

Les femmes à l’honneur cette année

Cette 13ème édition de la Semaine Nationale du Rein est particulièrement adressée aux femmes. Elle a d’ailleurs été renommée « Le Rein et la santé de la femme ».

En effet, bien que moins touchées que les hommes par l’insuffisance rénale chronique, les femmes présentent des risques spécifiques, comme l’explique l’association France Rein :

  • La fertilité est souvent fortement perturbée ;
  • La grossesse présente des risques de complications lorsque la femme est dialysée ;
  • Bien que moindres, les risques sont également présents lorsque la femme enceinte est greffée ;
  • Certaines infections urinaires peuvent conduire à l’insuffisance rénale chronique. Or, on le sait, une femme sur deux sera un jour confrontée à une cystite au cours de sa vie.

Les stands d’information mis en place durant toute la semaine auront donc pour vocation première d’alerter les femmes sur ces risques spécifiques.

Évidemment, la Semaine Nationale du Rein reste l’occasion, pour les femmes comme pour les hommes, de mieux comprendre les maladies rénales en général et de vérifier le bon fonctionnement de leurs reins.

Comment prendre soin de ses reins ?

La mise en lumière des maladies rénales durant cette semaine est l’occasion de rappeler les bonnes habitudes pour prendre soin de ses reins au quotidien :

  • Manger équilibré, car l’obésité favorise la maladie rénale ;
  • Proscrire la sédentarité ;
  • Boire de l’eau tout au long de la journée. Il est généralement conseillé de boire 1,5 litre par jour ;
  • Ne pas fumer ;
  • Ne pas manger trop salé, car l’excès de sel favorise l’hypertension ;
  • Attention à la prise de certains médicaments qui peuvent être toxiques pour les reins lorsqu’ils sont utilisés à forte dose ou à long terme (aspirine, ibuprofène, laxatifs, diurétiques, …) ;
  • Éviter l’excès de protéines qui fatigue les reins.

Pour vous faire dépister gratuitement durant la Semaine Nationale du Rein, rendez-vous sur www.francerein.org et identifiez dès maintenant le centre d’accueil le plus proche de chez vous !

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Monsieur, Merci pour cet excellent article concernant la vitamine D . Je voudrais avoir votre avis quand à la prise de vitamine D3 pour mon cas personnel .En effet , mon endocrinologue me l’a prescrite sous forme de gouttes ( DEDROGYL 15mg/100ml ) . J’ai une ostéoporose conséquente mais aussi une hyper parathyroïdie ( taux de PTH supérieur à la norme ) . Il s’avère que prendre de la vitamine D améliore mon taux de PTH qui revient dans la norme , et par conséquent fortifie mes os fragilisés par l’ostéoporose . Or , depuis 5 mois que j’ai commencé à prendre DEDROGYL , j’ai subit 3 crises de coliques néphrétiques avec une urétectomie + sonde pour la dernière crise ( février 2018 ) . Que faire ???? Dans la notice explicative de DEDROGYL , de CALCIDOSE ou de ZYMAD D , il est bien stipulé de ne pas prendre de vitamine D quand on est sujet à des calculs rénaux. Je suis inquiète de reprendre cette vitamine D3 indispensable pour améliorer mon capital osseux sachant par ailleurs qu’il est déconseillé de prendre cette fameuse vitamine D3 quand on est sensible aux problèmes rénaux. J’aimerai que vous me conseillez , je suis plutôt inquiète quand à la suite de mon traitement en vitamine . D’avance MERCI de prendre un peu de votre temps pour me répondre . Très cordialement . Madame Liliane DAVID . buy

    • Bonjour Liliane,

      Merci de votre message. Compte tenu de vos inquiétudes, je vous invite à consulter votre endocrinologue à l’origine de la prescription. Il pourra adapter votre traitement si nécessaire.

      Très bonne journée.

Laissez votre commentaire