Moins de protéines diminue la croissance des cellules cancéreuses

Moins de protéines diminue la croissance des cellules cancéreuses

497
0
<<<
>>>

Selon une étude dont les conclusions ont été publiées dans la revue Cell Metabolism, réduire de 25% la présence des protéines dans l’alimentation quotidienne pourrait limiter la croissance des cellules cancéreuses.
Les chercheurs à l’origine de cette étude ont observé la croissance des tumeurs chez des souris ayant reçu des régimes alimentaires différents, au même apport calorique mais qui étaient appauvris en macronutriments (glucides, lipides et protéines). Les auteurs de l’étude ont alors constaté que le régime contenant 25% de protéines en moins obtenait les meilleurs résultats car il augmentait les lymphocytes (globules blancs) qui infiltrent les tumeurs.

Un renforcement de l’immunosurveillance

L’efficacité d’un tel régime repose donc non pas sur la diminution de la prolifération des cellules cancéreuses mais bien sur un accroissement de la réponse immunitaire. Les cellules cancéreuses privées d’acides aminés, qui constituent les protéines, sont en quelque sorte « stressées » et sécrètent en retour des cytokines, activant ainsi une forte réponse immunitaire au niveau de la tumeur.
Par ailleurs, sachant que les souris brûlent 7 fois plus de calorie quotidiennement que les humains et qu’elles sont plus résistantes que nous à la dénutrition, il est tout à fait possible qu’un tel régime ne soit pas transposable aux humains.

De plus, les recherches doivent se poursuivre pour déterminer quels sont les acides aminés responsables de la stimulation du système immunitaire et si un régime appauvri en protéines peut être appliqué à des personnes malades.

Quelques conseils pour limiter les risques de cancer

  • Arrêter de fumer.
  • Limiter la consommation d’alcool.
  • Avoir une alimentation équilibrée.
  • Se protéger des rayons UV.
  • Éviter l’exposition à certains produits physiques et chimiques.
  • Faire du sport.

Cette étude apporte de nouvelles perspectives de recherche en terme de régime alimentaire chez les patients cancéreux et sur l’immunosurveillance.

Laissez votre commentaire