Plan dépendance : des mesures en faveur des Ehpad

Plan dépendance : des mesures en faveur des Ehpad

287
0
<<<
>>>

La ministre de la santé et des solidarités Agnès Buzyn a dévoilé ce mercredi 30 mai son « Plan dépendance » destiné à améliorer les conditions de prise en charge au sein des Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), tant pour les personnels soignants que pour les résidents. Très attendu, ce plan comporte des mesures dont le coût total s’élève à 430 millions d’euros. Un budget qui vient s’ajouter aux 50 millions d’euros déjà annoncés fin janvier après un premier mouvement de grève.

La situation des Ehpad en France

Il y a actuellement 7 000 Ehpad répartis sur le territoire pour accueillir près de 600 000 résidents. Les personnels de ces établissements ont mené deux mouvements de grève successifs en janvier et mars dernier pour faire entendre leur colère et leur impuissance face au manque de moyens et de personnel entraînant des conditions de vie parfois indignes pour les résidents. Les mesures annoncées hier par la ministre tendent à répondre à leurs demandes.

Du personnel en renfort

La première mesure de ce plan consiste à systématiser les astreintes de nuit. Déjà votées dans la loi de financement de la Sécurité sociale, elles restent encore inexistantes. Dans les prochains mois, des infirmiers de nuit seront affectés à plusieurs établissements proches les uns des autres afin de gérer les urgences médicales, mission qui ne peut être remplie par les aides-soignants en Ehpad.

Une procédure de recrutement concernant 20 000 postes à temps plein devrait également être lancée pour renforcer les effectifs actuels. Une enveloppe de 360 millions d’euros pour trois ans permettra de mener à bien cette mesure.

Le recours à la télémédecine

Le « Plan dépendance » prévoit ensuite de consacrer 40 millions d’euros sur cinq ans à la mise en place et à la généralisation de la télémédecine d’ici 2022. Déjà pratiquée dans d’autres pays, la télémédecine faciliterait les prescriptions tout en limitant les déplacements qui peuvent être coûteux et désorienter les personnes âgées.

La généralisation de la télémédecine serait également un renfort pour les personnels des Ehpad qui pourraient contacter plus facilement un médecin en cas d’urgence médicale. La prise en charge serait alors améliorée. A terme, la mesure pourrait aussi être bénéfique aux services d’urgences des hôpitaux qui seraient moins surchargés.

Ouvrir le débat du grand âge

Agnès Buzyn a déclaré lors de l’annonce de ce plan que les mesures seraient immédiates. Elle veut toutefois réfléchir sur un plus long terme et lancer le débat du grand âge : la France compte aujourd’hui près de 2 millions d’habitants âgés de plus de 85 ans. Ils seront 5 millions en 2050. Un vrai défi démographique et économique qui nécessite des travaux de réflexion déjà évoqués : réforme de la Sécurité sociale, instauration d’une deuxième journée de solidarité, développement des soins à domicile…

Laissez votre commentaire