Pneumonie, que savez-vous ?

Pneumonie, que savez-vous ?

196
0
<<<
>>>

Avant l’arrivée des antibiotiques, la pneumonie était une des principales causes de mortalité. Bien qu’elle puisse être soignée, la pneumonie est toujours un problème de santé publique.  Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) 922 136 enfants de moins de 5 ans seraient morts de pneumonie en 2015, dans le monde. Cette pathologie est une infection aiguë des poumons, généralement causée par une bactérie appelée pneumocoque. En France, la pneumonie touche chaque année jusqu’à 12 individus sur 1000. Près de 70 % de personnes pensent que la pneumonie peut se traiter mais ne peut pas se prévenir.

A l’occasion de la Journée Mondiale de la pneumonie, Pharma GDD vous propose de comprendre cette pathologie pour mieux la soigner et la prévenir.

La pneumonie qu’est-ce que c’est ?

La pneumonie est une inflammation des poumons habituellement causée par une infection. Les pneumopathies peuvent également être provoquées par l’inhalation d’irritants comme les vomissures, des liquides ou des produits chimiques. Lors d’une pneumonie, les alvéoles (sorte de petits ballons remplis d’air) des poumons se remplissent de liquide ou de pus ce qui entrave le transfert d’oxygène dans le sang par les poumons. Cette infection peut être virale ou bactérienne et toucher les enfants, les personnes âgées et les personnes aux défenses immunitaires fragilisées. Sa gravité dépend de l’âge du patient, des maladies chroniques pré-existantes ou du germe incriminé.

Plusieurs causes…

Plus de trente agents infectieux différents peuvent être responsables de la pneumonie. La plus fréquente étant celle impliquant le pneumocoque. Il s’agit d’une bactérie présente dans les voies respiratoires de nombreuses personnes sont porteuses de cette bactérie, sans pour autant tomber malade. Les différents micro-organismes retrouvés sont les :

–  bactéries : Streptococcus pneumoniae (pneumocoque), Haemophilus influenzaeLegionella pneumophila, le staphylocoque, Mycoplasma pneumoniaeChlamydia pneumoniaeKlebsiella pneumoniae
virus ;
– champignons, plus rarement.

Et plusieurs types

Il existe de très nombreuses variantes de la pneumonie, les plus fréquentes sont :

  • La pneumonie extra-hospitalière. Forme la plus courante, elle est causée par des bactéries, des virus et d’autres organismes acquis au-dehors d’un hôpital ou d’un autre milieu de soins; De nombreuses formes de pneumonie sont contagieuses, en particulier celles provoquées par le virus du rhume ou de la grippe : ces germes se contractent le plus souvent en respirant, car ils sont en suspension dans l’air.
  • La pneumonie nosocomiale cette forme survient préférentiellement chez les personnes qui souffrent de broncho-pneumopathie chronique, les plus de 70 ans, les immunodéprimés, ou encore après un séjour en réanimation ou une intervention chirurgicale. Elle peut être déclenchée par des bactéries ou d’autres organismes habituellement différents de ceux qui sont à l’origine de la pneumonie extra-hospitalière. La pneumonie hospitalière est habituellement plus grave car les bactéries et les organismes impliqués sont plus résistants, et parce que les personnes qu’elle frappe sont déjà malades et affaiblies ;
  • La pneumonie d’aspiration est provoquée par l’inhalation de liquides ou d’autres agents irritants dans les poumons. La pneumonie d’aspiration la plus courante est celle qui est causée par l’inhalation du contenu de l’estomac après des vomissements. Les personnes qui ont des problèmes de santé qui touchent la déglutition sont les plus susceptibles de contracter ce type de pneumonie ;
  • La pneumonie opportuniste atteint les personnes qui ont un système immunitaire affaibli (par ex. par le sida, un cancer, une greffe d’organe). Les organismes qui causent ce type d’infections ne nuisent habituellement pas aux personnes jouissant d’un système immunitaire sain.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes varient en fonction de la cause exacte de la maladie et de sa gravité. Cependant, les manifestations les plus courantes sont une très forte fièvre accompagnée de frissons, une toux d’abord sèche puis grasse avec crachats colorés (jaunâtres ou verdâtres), des troubles respiratoires (essoufflement même pour une activité banale, difficulté à respirer, douleur thoracique) et un rythme cardiaque plus élevé. Par ailleurs, de la fatigue, des maux de tête, de la confusion et des vomissements peuvent aussi être présents.

Comment la traiter ?

Votre médecin prescrira dans un premier temps une radiographie du thorax afin de pouvoir orienter la prise en charge. En effet la radiologie pulmonaire tient une place fondamentale dans le diagnostic de la pneumopathie. Un examen cytobactériologique des crachats peut être réalisé pour isoler le germe. L’analyse du sang fait également partie des prescriptions car cela permet parfois d’identifier le germe causal. Actuellement, une recherche de l’antigène soluble du pneumocoque et de la légionelle dans les urines est possible et rapide, ce qui permet d’orienter la médication.

Le traitement de la pneumonie est habituellement à base d’antibiotiques et de médicaments contre la fièvre. Dans la plupart des cas, la guérison est obtenue au bout de deux semaines environ. Dans certains cas, pour les enfants et les personnes fragiles, une hospitalisation sera nécessaire, pour pallier les risques de complications.

Prévenir c’est toujours mieux que guérir

Dans de nombreux cas, la pneumonie peut être évitée grâce à la prévention. Actuellement la vaccination antipneumococcique est recommandée aux enfants de moins de 2 ans et aux personnes présentant de forts risques de complications (personnes âgées de plus de 65 ans). Vous trouverez toutes les recommandations concernant cette vaccination sur le site Vaccins Info Service

Comme pour toutes les maladies hivernales, les règles d’hygiènes peuvent aussi être votre meilleur bouclier :

  • Jetez vos mouchoirs après utilisation dans une poubelle (fermée avec un couvercle),
  • N’embrassez pas les personnes malades
  • Aérez vos pièces au moins une fois par jour pour assainir l’atmosphère
  • Lavez-vous régulièrement les mains
  • Portez un masque si vous êtes malade

Laissez votre commentaire