Quel sport pour mon enfant cette année ?

Quel sport pour mon enfant cette année ?

233
0
<<<
>>>

rentrée sport enfant

Vous le savez, le sport est essentiel au développement physique et psychomoteur de votre enfant. Mais encore vous faut-il trouver l’activité qui lui correspond le mieux. Un choix apparemment banal, mais qui est pourtant loin de l’être : la pratique d’une activité physique qui ne lui convient pas pourrait le démotiver, voire le dégoûterdu sport.

Alors, danse ou karaté ? Football ou tennis ? Pharma GDD vous liste les 5 critères principaux qui doivent orienter votre choix.

1) La disponibilité des activités

Avant de vous creuser la tête, pensez à vérifier les activités disponibles proches de chez vous. Pour cela, renseignez-vous auprès des clubs sportifs du coin ou plus simplement auprès de votre mairie.

Il est préférable de choisir une activité non loin de votre domicile, afin de tenir le rythme tout au long de l’année. Faire une heure de route pour conduire votre enfant à son activité n’est pas l’idéal, ni pour vous, ni pour lui. Cela risque de vous décourager, notamment si vous devez l’emmener plusieurs fois par semaine après votre journée de travail.

2) L’âge de l’enfant

Toutes les activités physiques ne peuvent pas être commencées au même âge. Les plus petits devront donc attendre avant d’intégrer un club sportif, car les licences ne débutent généralement pas avant 5-6 ans. Il reste parfois possible de les inscrire plus jeunes à des cours de « baby sports ».

Après 6 ans, les enfants ont normalement le choix entre un large panel d’activités. Jusqu’à 8 ans, il reste néanmoins préférable de les orienter vers des sports de coordination ou d’équilibre comme la gymnastique ou la natation. Après 8 ans, ils peuvent pratiquer des sports de force, de vitesse et/ou de compétition, car leur tonus musculaire commence à se développer.

Évidemment, tout dépend aussi de la motivation de l’enfant et de son éveil. Certains adorent jouer au ballon ou se dandiner sur la piste dès 2 ou 3 ans, alors que d’autres n’ont pas un attrait naturel pour le sport.

3) Le temps hebdomadaire disponible

Avant d’inscrire votre enfant dans un club, informez-vous de la durée et de la fréquence des entraînements, et éventuellement des compétitions.

Si votre enfant pratique une autre activité, il peut vite se retrouver débordé si ce nouveau sport exige 2 ou 3 entraînements par semaine. De même, s’il n’est pas très sportif. À l’inverse, un enfant qui a besoin de se défouler pourrait se sentir frustré avec une séance unique dans la semaine.

Pensez aussi à vérifier que cette activité est en accord avec votre propre emploi du temps.

4) Le budget

Du côté du porte-monnaie, toutes les activités ne se valent pas. Il faut bien sûr prendre en compte le coût de la licence et les frais d’inscription, mais aussi le prix des équipements (tenue, baskets, accessoires, …). Pensez à anticiper le budget annuel dès la rentrée pour éviter les mauvaises surprises. Vous pouvez, par exemple, demander des renseignements au club ou, encore mieux, aux parents dont les enfants y sont inscrits.

Pour les budgets serrés, pensez aux associations sportives des écoles : l’inscription est moins coûteuse qu’en club et le matériel est généralement prêté aux élèves. D’autant que votre petit pourra retrouver ses camarades de classe lors de ses entraînements. Une nouvelle façon de tisser des liens !

5) Le caractère de l’enfant

Outre ces 4 critères, c’est avant tout l’envie de l’enfant qui doit déterminer le sport qu’il va pratiquer. Vous pouvez bien sûr le conseiller ou l’orienter, mais rien ne sert d’aller contre son souhait. Sachez d’ailleurs qu’un enfant choisit rarement le sport imaginé par ses parents. Après avoir étudié les autres critères, proposez-lui toutes les activités qui lui sont accessibles.

Son trait de caractère dominant aura souvent une influence sur son choix. Les plus timides chercheront à se « cacher » avec un sport comme l’escrime ou un sport collectif pour se fondre dans la masse. Les enfants plus turbulents auront besoin de se dépenser tout en apprenant le respect des règles et de leurs adversaires. Le rugby, le judo ou la lutte sont parfaits pour eux. Enfin, les enfants indépendants préféreront généralement les sports individuels comme la natation, l’athlétisme, la danse ou l’équitation.

Et pour les indécis ?

En début d’année, la majorité des clubs sportifs propose des séances d’essai gratuites pour que les enfants (et les adultes) puissent tester les différentes activités. Si vous et votre enfant ne parvenez pas à faire un choix, c’est l’occasion idéale de découvrir toutes les possibilités. C’est aussi le bon moment pour lui de se familiariser avec cet environnement sportif et ses futurs camarades.

Un jeune enfant qui ne se sent pas prêt à faire du sport en club ne doit pas être forcé. Après tout, il y a d’autres façons de se défouler. Vous pouvez l’emmener faire des balades à vélo ou des longueurs à la piscine en attendant. Et qui sait, l’année prochaine sera peut-être la bonne ?

A lire aussi : Rentrée : peut-il faire du sport avec une scoliose ?

Laissez votre commentaire