Régime hypotoxique : l’alimentation au service de la santé

Régime hypotoxique : l’alimentation au service de la santé

637
0
<<<
>>>

Le régime hypotoxique que l’on peut également appeler « régime Seignalet » du nom de son créateur, est un régime qui prône le retour à une alimentation ancestrale en éliminant les aliments toxiques et nocifs pour notre santé, tels que les céréales modifiées, les produits laitiers, ou encore les aliments cuits à haute température. Supprimer ainsi toutes les toxines de nos assiettes serait la solution pour éviter les problèmes de santé et par la même occasion perdre quelques kilos superflus !
Mais quels sont les grands principes de ce régime alimentaire de référence et en quoi peut-il être une alternative à la médecine classique ?
Pharma GDD fait le point sur ce régime détox, ses fondamentaux et ce qu’il peut apporter de bénéfique pour votre santé !

Qu’est-ce que le régime hypotoxique ?

Il s’agit d’un régime élaboré en 1985 par le Dr Seignalet, l’un des grands spécialistes de l’immunologie, qui était convaincu que l’alimentation moderne et dénaturée était responsable de nombreux maux ou maladies chroniques. Il proposait ainsi une vision globale de la médecine qui s’appuyait sur des bases scientifiques pour expliquer le mécanisme de certaines pathologies.

L’objectif principal de ce régime est de limiter l’hyper-perméabilité de l’intestin qui pour préserver notre santé doit fonctionner comme une barrière. La paroi de l’intestin laisse en effet passer les nutriments essentiels tout en empêchant la pénétration de micro-organismes pathogènes, déchets métaboliques et autres substances toxiques dans la circulation. Lorsque la muqueuse intestinale est altérée, l’intestin devient une véritable passoire ! Les éléments toxiques s’infiltrent alors dans la circulation sanguine et lymphatique, ce qui va provoquer un processus inflammatoire et une réponse immunitaire qui sont le point de départ commun à de multiples pathologies.

Les grands principes du régime hypotoxique

Ce régime Seignalet repose sur trois grands fondements qui correspondent à une approche qualitative des aliments et un retour à une alimentation ancestrale, proche de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs.

L’exclusion de certains aliments

Des céréales mutées, c’est à dire : blé, maïs, seigle, orge, avoine, kamut, épeautre, petit épeautre, millet… doivent être proscrits de votre alimentation car ils ont subit de trop nombreuses modifications génétiques.

En revanche, le riz, le sarrasin et le sésame sont autorisés.

De tous les laits animaux : vache, chèvre, brebis… et de tous leurs dérivés (beurre, crème, fromage…) car ils sont pro-inflammatoires pour une grande partie de la population. Vous pouvez cependant les remplacer par des boissons et des desserts végétaux.

Cuisiner autrement

Le régime hypotoxique préconise de consommer les aliments (viande, poisson, légumes) crus ou cuits à une température inférieure à 110°C pour ne pas subir une trop grande modification moléculaire en raison d’une cuisson excessive qui détruit nutriments, vitamines, oméga-3, anti-oxydants et rend toxiques certains aliments.

Consommer des huiles vierges crues, extraites à froid. Vous pouvez ainsi utiliser toutes les huiles que vous souhaitez : olive, noix, noisette, soja, colza, onagre et bourrache…

A lire aussi : 3 conseils pour cuisiner sans graisses

Manger bio !

Consommer des produits frais et d’origine biologique limite les risques liés aux pesticides, aux herbicides, aux perturbateurs endocriniens et autres substances non naturelles susceptibles de modifier le fonctionnement du système hormonal, ce qui peut favoriser l’apparition de problèmes de santé.

Les petits plus à appliquer

Privilégier le sucre complet et le sel non traité, tout en limitant bien sur leur consommation. Vous pouvez sans problème remplacer le sel par des épices ou par du gomasio pour donner plus de goût à vos plats et remplacer le sucre par une cuillère de sirop d’érable par exemple.

Il est possible de consommer des boissons chaudes, du café ou du thé mais avec modération.
Il n’y a pas de contre-indications à surgeler vos aliments, il ne faut en revanche pas les réchauffer dans leur contenant au micro-onde mais dans une casserole ou une poêle (en évitant celles avec revêtement antiadhésif et en préférant l’inox ou le pyrex, la fonte ou la plancha).

A qui s’adresse le régime hypotoxique

Ce régime Seignalet est avant tout destiné à combattre diverses maladies, voire à prévenir leur apparition. Il s’agit essentiellement des maladies auto-immunes (exemples : sclérose en plaques, lupus) et des maladies à caractère inflammatoire (exemples : bronchite chronique, arthrite, colite). De nombreuses autres pathologies peuvent être citées, dont l’asthme, le cancer, le diabète de type 2, la dépression nerveuse, l’acné ou encore l’urticaire. Ce régime va permettre de réduire voire d’éliminer les douleurs chroniques liées à ce type de pathologies.
Par exemple, la grande majorité des patients du Dr Seignalet atteints d’arthrite rhumatoïde, qui ont suivi correctement ce régime alimentaire, ont vu leurs douleurs s’effacer complètement et leur maladie a été mise en rémission. En revanche, on ne parle pas ici de guérison mais bien de rémission, car l’arrêt du régime peut provoquer le retour des symptômes de la maladie.

Le régime hypotoxique n’est à la base pas un régime amaigrissant. Cependant, comme il est pauvre en matières grasses et en sucres, il peut effectivement être utile pour perdre quelques kilos.

Pour les personnes sensibles au gluten et celles atteintes de la maladie cœliaque. Le régime Seignalet va réduire considérablement ou faire disparaître les sensations d’inconfort, de lourdeurs ou une certaine fatigue liée à la consommation de gluten.

Cependant, il faut suivre ce régime restrictif avec précaution sous le contrôle d’un médecin pour éviter des carences et l’associer à des compléments alimentaires riches en vitamines du groupe B (présentes dans les céréales exclues du régime), ainsi qu’en calcium et en vitamine D (deux substances fournies normalement par les produits laitiers).

Par ailleurs, les aliments crus ou peu cuits (et surtout les viandes et les poissons) peuvent également provoquer une intoxication alimentaire. C’est pour cette raison que les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants et les personnes âgées ne doivent pas suivre un tel régime.

A lire aussi : Où trouve-t-on le calcium ?

Laissez votre commentaire