Manger végétarien : pas meilleur pour le cœur

Manger végétarien : pas meilleur pour le cœur

320
0
<<<
>>>

Manger vegetarienLe régime végétarien permet-il de prévenir les risques de maladies cardio-vasculaires ? Pas selon une nouvelle étude américaine.

Une recherche de grande ampleur

Des chercheurs américains de la Rutgers New Jersey School of Medicine à Newark, ont révélé une étude sur les liens entre le végétarisme et les potentiels risques de problèmes cardiovasculaires. Présentée le 17 octobre à l’occasion de la réunion annuelle de l’American College of Gastroenterology à Las Vegas, l’étude menée pendant 3 ans (de 2007 à 2010), a observé 12 000 adultes de plus de 20 ans dont 263 végétariens. Ils soulignent le fait que les végétariens observés étaient plutôt jeunes (entre 20 et 39 ans), de sexe féminin et non-fumeurs. L’étude révèle que ce type de régime permettrait de réduire les risques d’obésité et d’hypertension mais pas forcément de maladies du cœur.

Des risques équivalent aux non-végétariens

Les chercheurs ont utilisé le test de Framingham, permettant d’estimer les risques cardiovasculaires à 10 ans, qui regroupe les facteurs suivants : âge, sexe, statut de fumeur, indice de masse corporelle, circonférence moyenne de la taille, hypertension, taux de cholestérol et de glucose. Le test a montré que les risques de développer une maladie du cœur étaient de 2,7% pour les végétariens contre 4,5% pour les non-végétariens. Un résultat que les chercheurs ont qualifié de peu significatif en termes de risques, mettant en avant le fait que ce premier pouvait être faussé par le jeune âge et le sexe féminin des végétariens représentés mais aussi de la courte durée de l’étude. Il serait donc nécessaire de faire des recherches sur un plus long terme. La directrice du pôle nutrition de l’Université de Washington à Saint Louis aux Etats-Unis, présente à la réunion, encourage tout de même à adopter un régime proche du végétarisme puisque la consommation de fruits et légumes est liée à un risque inférieur de maladies cardiovasculaires.

Laissez votre commentaire