Rentrée : peut-il faire du sport avec une scoliose ?

Rentrée : peut-il faire du sport avec une scoliose ?

191
0
<<<
>>>

Aïe ! Votre enfant souffre d’une scoliose. Depuis que le diagnostic est tombé, les questions se bousculent dans votre tête, dont une principalement à la veille de la rentrée : va-t-il pouvoir continuer le sport ou aura-t-il besoin d’une dispense pour ses cours d’EPS ? Rassurez-vous, cette déformation de la colonne vertébrale n’est pas incompatible avec l’activité physique… Bien au contraire !

Scoliose : qu’est-ce que c’est ?

Sport scolioseLa scoliose est une déformation permanente de la colonne vertébrale liée à une torsion des vertèbres les unes par rapport aux autres dans trois plans de l’espace (vers le haut ou le bas, vers la droite ou la gauche et vers l’avant ou l’arrière). Elle apparaît progressivement au cours de la croissance : lentement avant la puberté et plus rapidement durant celle-ci. Elle entraîne une bosse (gibbosité) sur un côté du dos lorsque la personne se penche en avant, ainsi qu’une mauvaise posture.

Généralement, la scoliose n’entraîne pas de douleur particulière, c’est pourquoi il arrive qu’elle soit détectée tardivement. Parfois, et notamment chez l’adulte, elle provoque des douleurs dorsales.

Dans de rares cas, la colonne vertébrale entame un véritable mouvement de torsion sur elle-même. À la longue, cette scoliose risque d’entraîner une usure discale, une insuffisance respiratoire et même une bosse permanente dans le dos. Dans ce cas, le patient doit porter un corset.

Scoliose : quelles causes ?

Les causes de la scoliose restent souvent inconnues, mais on sait qu’elle est parfois la conséquence d’autres maladies neuromusculaires ou osseuses (touchant notamment les vertèbres) ou de malformations de naissance.

Le sport : encouragé en cas de scoliose

Autrefois, la pratique d’un sport était déconseillée par les professionnels de santé en cas de scoliose, notamment les sports dits asymétriques comme le tennis. Aujourd’hui, c’est plutôt l’inverse. Les études ont prouvé que le sport, même à haut niveau, ne comporte aucun risque.

Au contraire, l’activité physique permet de renforcer la musculature profonde autour de la colonne vertébrale de façon saine et souple. Le dos est ainsi plus solide et tonique.

Pour les personnes portant un corset, il est possible de le retirer durant l’activité avec l’accord d’un médecin.

En dehors de la scoliose, le sport permet aussi d’éviter la majorité des problèmes de dos et de santé que les enfants et adolescents peuvent avoir à supporter durant leur croissance. Dans la plupart des cas, il n’y a donc aucune raison de demander un certificat d’inaptitude.

Quels sports en cas de scoliose ?

En cas de scoliose, il n’y a aucune contre-indication à la pratique d’un sport. En revanche, certains sont plus conseillés que d’autres. La natation, est notamment le dos crawlé, permet d’équilibrer les tensions le long de la colonne vertébrale. Le tennis, le jogging, la course à pied, l’équitation et la danse sont également des sports recommandés.

Seuls les sports impliquant un écrasement des vertèbres ne sont pas recommandés, comme le rugby, le judo, l’acrosport et tous les sports de collision en général. Les efforts musculaires volontaires, comme l’haltérophilie, doivent aussi être évités.

Lors de la visite médicale de pré-rentrée, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin. Il saura vous indiquer les sports conseillés ou non suivant le degré de gravité de la scoliose de votre enfant.

L’activité physique peut-elle améliorer l’état de la scoliose ?

Le sport ne va pas guérir la scoliose. En revanche, il peut la soulager en favorisant la musculature paravertébrale.

En parallèle de l’activité physique, le suivi par une équipe médicale est nécessaire. La kinésithérapie, l’ostéopathie, l’acupuncture ou la chiropractie permettent d’éviter les complications et de renforcer la musculature du tronc.

En outre, le port d’un corset est généralement indiqué pour les formes moyennes ou sévères. Il va venir rectifier les déformations sans stopper l’évolution et la croissance de la colonne vertébrale.

La chirurgie constitue un dernier recours au traitement de la scoliose. Elle est réservée uniquement aux patients souffrant d’une scoliose grave pour lesquels les méthodes non-chirurgicales ne suffisent pas. Elle permet d’améliorer la qualité de vie du patient, mais elle peut entraîner des complications. Elle n’est jamais indiquée pour répondre uniquement à un souci esthétique discret ou pour éviter le port prolongé d’un corset.

Laissez votre commentaire