Cinquième édition du Mois Sans Tabac

Cinquième édition du Mois Sans Tabac

834
0
<<<
>>>
Crédits photo : Tabac Info Service

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle, le lancement de la campagne du Mois Sans Tabac est passé quelque peu inaperçu. Or, il est plus que nécessaire d’accompagner les candidats au sevrage tabagique durant cette période propice au stress et à l’anxiété. Soutenu par le ministère de la Santé, l’Assurance maladie et Santé Publique France, le Mois Sans Tabac existe depuis 2016. Il signe donc cette année sa cinquième édition. L’objectif ? Ne pas fumer pendant un mois, afin d’optimiser ses chances d’arrêter complètement.

Comment fonctionne le Mois Sans Tabac ?

Le Mois Sans Tabac est un véritable défi de santé, à la fois individuel et collectif, qui s’étend du 1er au 30 novembre. Comme son nom l’indique, il consiste à se passer du tabac pendant trente jours consécutifs. Pour participer, c’est très simple : il suffit de s’inscrire sur le site dédié, mis en place par Tabac Info Service. Cette inscription est gratuite et permet d’avoir accès à de nombreux outils comme un kit d’aide à l’arrêt du tabac, un accompagnement par mail, les conseils d’un tabacologue, etc. Il existe aussi une application de coaching et une communauté très impliquée sur Facebook, qui favorise les échanges entre les participants et la motivation. À l’heure où nous écrivons ces lignes, plus de 117 000 personnes sont engagées dans ce challenge, et il n’est pas trop tard pour se lancer !

30 jours d’arrêt : quels effets sur la santé ?

Même s’il ne s’agit pas d’une méthode miracle, le Mois Sans Tabac est un vrai coup de pouce. En effet, il multiplie par cinq les chances d’arrêter de fumer définitivement. Il permet également à chacun de préparer son sevrage tabagique en fonction de son rapport au tabac, de son niveau de dépendance et de ses habitudes de vie. Plusieurs études ont démontré les principaux bénéfices pour la santé aux différents stades de l’arrêt. Ainsi, après une journée, la nicotine présente dans l’organisme, à l’origine de la dépendance, est éliminée. Les difficultés respiratoires tendent à diminuer après deux jours, et le risque de faire un infarctus décroît à partir de deux semaines d’arrêt. Les participants sont bien sûr encouragés à poursuivre leurs efforts au-delà du Mois Sans Tabac afin d’observer encore plus d’effets positifs. La régression de la toux chronique, de la fatigue, le retour du souffle et des capacités à mener des efforts physiques se produisent par exemple après trois mois de sevrage tabagique. Sans parler des avantages pour les proches, moins exposés au tabagisme passif.

Tous les fumeurs sont concernés !

Certains fumeurs ne se sentent pas vraiment visés par le Mois Sans Tabac, notamment parce qu’ils se considèrent comme des “petits” fumeurs. Or, cela ne veut pas dire qu’ils ne mettent pas en danger leur santé. Des chercheurs ont ainsi mis en avant le fait qu’il y a peu de différence entre la fonction pulmonaire des fumeurs légers (moins de cinq cigarettes par jour) et celle des “gros” fumeurs (plus de trente cigarettes par jour). Dans les deux cas, des lésions sont observées sur les poumons. En outre, une cigarette quotidienne suffit à augmenter les risques de développer une BPCO, maladie chronique inflammatoire des bronches favorisée essentiellement par le tabagisme.

Quels moyens pour arrêter de fumer ?

La consommation régulière de tabac induit une triple dépendance : physique, psychologique et comportementale. L’impact sur la santé est réel et, chaque année, près de six millions de décès dans le monde sont attribués au tabac. Pour arrêter de fumer, de nombreuses méthodes existent. La plus connue est sans doute l’utilisation de substituts nicotiniques sous forme de patchs, sprays, gommes à mâcher, pastilles ou comprimés. Il est aussi possible d’opter pour une thérapie comportementale et cognitive (TCC), des séances d’hypnose, des produits à base de plantes ou d’huiles essentielles pour mieux appréhender le sentiment de manque ainsi que le stress, deux phénomènes qui accompagnent souvent le sevrage tabagique.

 

Laissez votre commentaire