Sclérose en plaques : ce qu’il faut savoir sur la maladie

Sclérose en plaques : ce qu’il faut savoir sur la maladie

235
0
<<<
>>>

Ce mercredi 30 mai 2018 est marqué par la Journée mondiale de la sclérose en plaques (SEP). Cette maladie auto-immune touche le système nerveux central, en particulier le cerveau et la moelle épinière. Sa gravité et son évolution sont très variables selon les patients. En France, 100 000 personnes seraient touchées par cette maladie selon le ministère des Solidarités et de la Santé. Pourtant, elle reste encore mal connue et comprise du grand public.

Alors qu’aujourd’hui des événements ont lieu un peu partout dans le monde pour sensibiliser la population et encourager aux dons, Pharma GDD fait le point avec vous sur la sclérose en plaques, ses causes, son diagnostic, ses conséquences et les traitements disponibles.

Qu’est-ce que la sclérose en plaques ?

Selon le ministère des Solidarités et de la Santé, la sclérose en plaques est « une maladie auto-immune du système nerveux central ». C’est-à-dire que le système immunitaire, habituellement impliqué dans la lutte contre les virus et les bactéries, s’emballe et attaque la myéline, gaine protectrice des fibres nerveuses qui joue un rôle important dans la propagation de l’influx nerveux du cerveau aux différentes parties du corps. La maladie se manifeste généralement chez les jeunes adultes (entre 25 et 35 ans) avec une prépondérance féminine (3/4 de femmes).

Les symptômes sont extrêmement variables d’un malade à un autre. Ils dépendent en grande partie de l’emplacement des lésions dans le cerveau ou la moelle épinière. Parmi les signes les plus rapportés, on peut citer :

  • Une extrême fatigue,
  • Des problèmes de mémoire,
  • Des difficultés de concentration,
  • Des troubles moteur,
  • Des fourmillements,
  • Des troubles de l’équilibre,
  • Des troubles visuels,
  • Des troubles urinaires,

Les premières années, la sclérose en plaques évolue la plupart du temps par poussées. Certains symptômes peuvent apparaître et disparaître à chaque poussée. L’expression de la maladie est alors imprévisible.

Au bout de quelques années, les poussées laissent des séquelles qui se transforment en symptômes permanents. La maladie peut alors porter atteinte à de nombreuses fonctions : le contrôle des mouvements, la perception sensorielle, la mémoire, la parole, … Elle représente la première cause de handicap sévère non traumatique du jeune adulte.

Quelles sont les causes de la sclérose en plaques ?

Les causes de la sclérose en plaques restent à ce jour mal comprises. Les chercheurs estiment qu’une trentaine de gènes sont impliqués dans cette affection, mais néanmoins que la présence de ces gènes n’explique pas, à elle seule, la survenue de la maladie. En effet, en cas de prédisposition génétique, une interaction avec des facteurs environnementaux est nécessaire pour que la sclérose en plaques se déclenche. C’est ce que l’on appelle l’épigénétique.

La nature de ces facteurs n’a pas encore été clairement identifiée. Des infections virales pourraient jouer un rôle favorisant, de même qu’un déficit en vitamine D, comme le laisse supposer la plus grande fréquence de la sclérose en plaques dans les pays du Nord moins ensoleillés.

La sclérose en plaques est donc la conséquence d’une interaction entre des facteurs génétiques et des facteurs environnementaux, encore hypothétiques.

Comment la maladie est-elle diagnostiquée ?

L’apparition des premiers symptômes de la maladie pousse généralement les patients à consulter un médecin généraliste. Néanmoins, la sclérose en plaques est difficile à diagnostiquer. Les signes étant très variés, il faut parfois plusieurs semaines et toute une série de tests pour diagnostiquer la maladie.

Lors de la consultation médicale, un bilan est réalisé. Il se compose d’un examen neurologique et physique qui permet d’identifier clairement les symptômes. Il est souvent suivi de prélèvements sanguins et d’une IRM (imagerie par résonance magnétique) du cerveau et/ou de la moelle épinière. L’IRM permet de visualiser les plaques d’inflammation et de poser le diagnostic.

Comment évolue la sclérose en plaques ?

L’évolution de la sclérose en plaques est extrêmement imprévisible. Chaque cas est unique et il est impossible de prévoir à l’avance l’avenir d’un patient.

Il existe des formes bénignes de la maladie qui n’entraînent pas de difficultés physiques, même après plusieurs années. Alors que d’autres formes plus graves peuvent évoluer rapidement et être très invalidantes.

Quels sont les traitements possibles ?

Il n’existe, à ce jour, pas de traitement permettant de soigner la sclérose en plaques. La prise en charge consiste à réduire la gêne pour les personnes atteintes et la progression de la maladie.

Les traitements de la SEP se divisent en 3 catégories :

  • Ceux qui agissent sur la durée et la gravité des poussées,
  • Ceux qui réduisent la gêne quotidienne en traitant les symptômes,
  • Les traitements dits « de fond » qui agissent sur le système immunitaire.

Le suivi de la maladie est multidisciplinaire, c’est-à-dire qu’il fait intervenir diverses catégories de professionnels de santé (médecin généraliste, neurologue, infirmier, kinésithérapeute, ergothérapeute, orthophoniste, …). Ces différents intervenants participent à la prescription des traitements et/ou à l’accompagnement des malades.

En parallèle des soins, les patients atteints de sclérose en plaques sont souvent accompagnés par des thérapeutes, afin d’accepter la maladie, de devenir plus autonomes et d’avoir une meilleure qualité de vie.

Ce qu’il faut retenir

La sclérose en plaques est une maladie neurologique et évolutive, souvent diagnostiquée chez les jeunes adultes entre 25 et 35 ans. Elle touche davantage les femmes que les hommes. Les manifestations de la maladie sont extrêmement variées et imprévisibles, tout comme son évolution au fil du temps. Si aucun traitement ne permet actuellement de guérir la maladie, certains existent pour améliorer le quotidien des malades.

Il est possible de soutenir la recherche et les malades en faisant un don à l’arsep (fondation pour l’aide à la recherche sur la sclérose en plaques).

Laissez votre commentaire